Sunday

25th Feb 2018

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

  • Le renseignement français a averti que des hackers et des cyber-soldats financés par le Kremlin essayaient de fausser la campagne présidentielle. (Photo: Yuri Samoilov)

A l'approche de l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, les autorités françaises sont en état d'alerte pour parer à toute tentative de cyber-attaque qui pourrait affecter le résultat du scrutin.

Les principales cibles potentielles sont les sites web des partis et candidats ainsi que les réseaux informatiques de l'État.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now for a 30 day free trial.

  1. €150 per year
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

  • Hollande: “La Russie utilise tous ses moyens pour influencer les opinions publiques” (Photo: elysee.fr)

La menace a été publiquement reconnue par le président François Hollande, qui a accusé la Russie d'essayer de s'immiscer dans la campagne.

"La Russie utilise tous ses moyens pour influencer les opinion publiques", a-t-il déclaré dans une récente interview à plusieurs journaux européens.

"Ce n'est plus la même idéologie que du temps de l'URSS, mais se sont parfois les mêmes procédés, les technologies en plus", a-t-il affirmé, ajoutant que la Russie a "une stratégie d'influence, de réseaux, avec des thèses très conservatrices sur le plan des moeurs".

"Les menaces contre les partis politiques français et le scrutin sont protéiformes", confie à EUobserver, sous couvert d'anonymat, un expert de l'Agence nationale pour la sécurité de l'information (Anssi), qui dépend du Premier ministre.

La sonnette d’alarme a été tirée au plus haut niveau par les services de renseignements, entraînant deux conseil de défense présidées par Hollande à l'Elysée.

En janvier, les experts de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) - ont averti que des pirates informatiques et des cyber-soldats financés par le Kremlin essayaient de fausser la campagne présidentielle. Leur objectif: favoriser la candidate d'extrême droite Marine Le Pen et discréditer ses concurrents, en particulier le candidat indépendant Emmanuel Macron.

Macron, ancien ministre de l'Economie sous Hollande, est l'un des favoris pour atteindre le second tour de la présidentielle, très probablement contre Le Pen.

Lors d'un conseil de défense début mars, Hollande a décrété «la mobilisation de tous les moyens nécessaires de l’Etat » afin qu' « aucune action malveillante » ne puisse « entâcher la campagne et le vote ».

La mission de la DGSE est de veiller à la protection des intérêts supérieurs de la nation. Mais jusqu'alors, l'agence, qui dépend du ministère de la Défense, était focalisée sur la menace d'attentats qui n'a jamais été aussi élevée et la lutte contre le terrorisme islamiste. Cette préoccupation des services quant au bon déroulement de la plus importante élection est inédite, preuve de la réalité des cyber-attaques déjà identifiées ou déjouées.

Selon les experts interrogés par EUobserver, le risque est bien plus varié que dans la campagne américaine, lorsque les attaques informatiques russes se seraient surtout concentrées sur la collecte d'informations et de documents compromettants ou gênants pour Hillary Clinton.

'Guide d'hygiène informatique'

Le 14 février, le site d'En Marche! - le mouvement politique de Macron - a été déconnecté durant un laps de temps assez court. Deux autres attaques similaires avaient précédé. Des tentatives d'intrusion dans les bases de données du parti auraient également été contrecarrées.

Selon nos informations, le site En Marche ! serait hébergé aux Etats-Unis, plus précisément à San-Francisco, pour rendre plus difficile une cyberattaque. Si la formation d’Emmanuel Macron pointe la responsabilité de Moscou, aucun preuve ne semble pouvoir l'étayer.

Les équipes de campagne disent avoir pris des mesures, comme éteindre les téléphones portables pendant les réunions ou utiliser de WhatsApp pour échanger des messages. Auparavant, certains équipes utilisaient Telegram, un application considérée comme plus sûre contre le piratage, mais qui est russe.

Elles ne semblent cependant toujours pas préparées à repousser des attaques d'envergure.

Le 28 octobre dernier, l'Anssi a convoqué tous les responsables informatiques des candidats à la présidentielle afin de les sensibiliser aux risques et aux menaces. Sur une clé USB, un "guide d'hygiène informatique" leur a été remis. Tous les partis ont répondu présent, à l'exception du Front National.

Quatre mois plus tard, en février, Zataz, un magazine en ligne spécialisé dans la sécurité des données, a examiné les sites Web des candidats. Plusieurs dizaines de failles de sécurité ont été aisément détectées, notamment dans la protection des données nominatives.

Les autorités françaises sont également préoccupées par le fait que leur propre réseau pourrait être ciblé, y compris par des pirates cherchant à modifier le vote lui-même.

Pas de vote électronique

Début mars, le gouvernement a décidé d'interdire le vote électronique pour les élections législatives de juin aux électeurs français à l'étranger. Le vote électronique n'avait d’ailleurs pas été prévu pour l'élection présidentielle elle-même.

Selon le directeur général de l’Anssi, Guillaume Poupard, la plate-forme permettant de voter via son ordinateur serait "plus performante" que lors du scrutin de 2012 mais "le niveau de la menace est aujourd’hui bien supérieur".

Selon d'autres observateurs, outre la menace, ce sont surtout les piètres performances du système qui auraient dicté l'abandon du vote électronique, de nombreux électeurs ne parvenant pas à se connecter lors de tests.

Les menaces sont belle et bien réelles mais ne sont pas nouvelles. Lors de la précédente campagne présidentielle, en mai 2012, les ordinateurs de plusieurs collaborateurs de l’Élysée avaient été piratés. L'ancien directeur technique de la DGSE l'avait plus tard révélé au détour d'une conférence en lâchant le pays d'origine du piratage... les États-Unis.

Cet article a été originellement publié en anglais

Investigation

French election faces high cyber threat

French president Francois Hollande has called for "all necessary means" to be used to fend off cyber attacks ahead of the presidential election in April and May. But political parties are still vulnerable.

Le Pen a cherché quelques millions russes de plus

Des révélations selon lesquelles la candidate d'extrême droite a tenté d'emprunter 3 millions d'euros supplémentaires à la Russie posent des questions sur l'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle française.

Investigation

Le piratage de Macron, une leçon pour l'Allemagne

La façon dont l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron s'est défendue contre les hackers peut servir de leçon pour d'autres partis politiques en Europe, même si les experts sont partagés quand à la culpabilité de la Russie.

Poutine s’immisce dans l'élection française

Poutine a traité la leader anti-UE Marine Le Pen, comme si elle avait déjà remporté la présidentielle. "J'ai mon propre point de vue, qui coïncide avec celui de la Russie", a-t-elle affirmé.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. EU calls for immediate ceasefire in Syria
  2. UK's post-Brexit vision is 'pure illusion', Tusk says
  3. EU leaders express solidarity with Cyprus in Turkey drill row
  4. EU to double funding for Sahel forces
  5. EU parliament president: 'The immigration problem is Africa'
  6. May to unveil EU departure strategy next week
  7. Pregnant workers may be dismissed, EU court rules
  8. Romanian minister demands anti-corruption prosecutor fired

Stakeholders' Highlights

  1. ILGA EuropeAnkara Ban on LGBTI Events Continues as Turkish Courts Reject NGO Appeals
  2. Aid & Trade LondonJoin Thousands of Stakeholders of the Global Aid Industry at Aid & Trade London
  3. Macedonian Human Rights Movement Int.European Free Alliance Joins MHRMI to End the Anti-Macedonian Name Negotiations
  4. Mission of China to the EUChina-EU Tourism Year to Promote Business and Mutual Ties
  5. European Jewish CongressAt “An End to Antisemitism!” Conference, Dr. Kantor Calls for Ambitious Solutions
  6. UNESDAA Year Ago UNESDA Members Pledged to Reduce Added Sugars in Soft Drinks by 10%
  7. International Partnership for Human RightsUzbekistan: Investigate Torture of Journalist
  8. CESICESI@Noon on ‘Digitalisation & Future of Work: Social Protection For All?’ - March 7
  9. UNICEFExecutive Director's Committment to Tackling Sexual Exploitation and Abuse of Children
  10. Nordic Council of MinistersState of the Nordic Region 2018: Facts, Figures and Rankings of the 74 Regions
  11. Mission of China to the EUDigital Economy Shaping China's Future, Over 30% of GDP
  12. Macedonian Human Rights Movement Int.Suing the Governments of Macedonia and Greece for Changing Macedonia's Name

Latest News

  1. EU agrees budget to focus on defence, security and migration
  2. EU leaders nix transnational lists, cool on 'Spitzenkandidat'
  3. Regions chief: calls for smaller EU budget are 'impossible'
  4. Election fever picks up This WEEK
  5. EU-Morocco fishing deal casts doubt on EU future foreign policy
  6. EU leaders put 'Spitzenkandidat' on summit menu
  7. European far-right political party risks collapse
  8. The key budget issues on EU leaders' table

Stakeholders' Highlights

  1. Swedish EnterprisesHarnessing Globalization- at What Cost? Keynote Speaker Commissioner Malmström
  2. European Friends of ArmeniaSave The Date 28/02: “Nagorno-Karabakh & the EU: 1988-2018”
  3. European Heart NetworkSmart CAP is Triple Win for Economy, Environment and Health
  4. European Free AlllianceEFA Joined the Protest in Aiacciu to Solicit a Dialogue After the Elections
  5. EPSUDrinking Water Directive Step Forward but Human Right to Water Not Recognized
  6. European Gaming & Betting AssociationGambling Operators File Data Protection Complaint Against Payment Block in Norway
  7. European Jewish CongressEJC Expresses Deep Concern Over Proposed Holocaust Law in Poland
  8. CECEConstruction Industry Gets Together to Discuss the Digital Revolution @ the EU Industry Days
  9. Mission of China to the EUChina-EU Relations in the New Era
  10. European Free AlllianceEnd Discrimination of European Minorities - Sign the Minority Safepack Initiative
  11. Centre Maurits Coppieters“Diversity Shouldn’t Be Only a Slogan” Lorant Vincze (Fuen) Warns European Commission
  12. Dialogue PlatformWhat Can Christians Learn from a Global Islamic Movement?

Stakeholders' Highlights

  1. European Jewish CongressEJC President Warns Europe as Holocaust Memory Fades
  2. European Free AlllianceNo Justice From the Spanish Supreme Court Ruling
  3. Nordic Council of MinistersNordic Solutions for Sustainable Cities: New Grants Awarded for Branding Projects
  4. Mission of China to the EUTrade Between China, Belt and Road Countries up 15%
  5. Nordic Council of MinistersOresund Inspires Other EU Border Regions to Work Together to Generate Growth
  6. Mission of China to the EUTrade Between China, Belt and Road Countries up 15%
  7. AJC Transatlantic InstituteAJC Calls on EU to Sanction Iran’s Revolutionary Guards, Expel Ambassadors
  8. ILGA EuropeFreedom of Movement and Same-Sex Couples in Romania – Case Update!
  9. EU2017EEEstonia Completes First EU Presidency, Introduced New Topics to the Agenda
  10. Bio-Based IndustriesLeading the Transition Towards a Post-Petroleum Society