Wednesday

22nd May 2019

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

  • Le renseignement français a averti que des hackers et des cyber-soldats financés par le Kremlin essayaient de fausser la campagne présidentielle. (Photo: Yuri Samoilov)

A l'approche de l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, les autorités françaises sont en état d'alerte pour parer à toute tentative de cyber-attaque qui pourrait affecter le résultat du scrutin.

Les principales cibles potentielles sont les sites web des partis et candidats ainsi que les réseaux informatiques de l'État.

Read and decide

Join EUobserver today

Support quality EU news

Get instant access to all articles — and 18 year's of archives. 30 days free trial.

... or join as a group

  • Hollande: “La Russie utilise tous ses moyens pour influencer les opinions publiques” (Photo: elysee.fr)

La menace a été publiquement reconnue par le président François Hollande, qui a accusé la Russie d'essayer de s'immiscer dans la campagne.

"La Russie utilise tous ses moyens pour influencer les opinion publiques", a-t-il déclaré dans une récente interview à plusieurs journaux européens.

"Ce n'est plus la même idéologie que du temps de l'URSS, mais se sont parfois les mêmes procédés, les technologies en plus", a-t-il affirmé, ajoutant que la Russie a "une stratégie d'influence, de réseaux, avec des thèses très conservatrices sur le plan des moeurs".

"Les menaces contre les partis politiques français et le scrutin sont protéiformes", confie à EUobserver, sous couvert d'anonymat, un expert de l'Agence nationale pour la sécurité de l'information (Anssi), qui dépend du Premier ministre.

La sonnette d’alarme a été tirée au plus haut niveau par les services de renseignements, entraînant deux conseil de défense présidées par Hollande à l'Elysée.

En janvier, les experts de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) - ont averti que des pirates informatiques et des cyber-soldats financés par le Kremlin essayaient de fausser la campagne présidentielle. Leur objectif: favoriser la candidate d'extrême droite Marine Le Pen et discréditer ses concurrents, en particulier le candidat indépendant Emmanuel Macron.

Macron, ancien ministre de l'Economie sous Hollande, est l'un des favoris pour atteindre le second tour de la présidentielle, très probablement contre Le Pen.

Lors d'un conseil de défense début mars, Hollande a décrété «la mobilisation de tous les moyens nécessaires de l’Etat » afin qu' « aucune action malveillante » ne puisse « entâcher la campagne et le vote ».

La mission de la DGSE est de veiller à la protection des intérêts supérieurs de la nation. Mais jusqu'alors, l'agence, qui dépend du ministère de la Défense, était focalisée sur la menace d'attentats qui n'a jamais été aussi élevée et la lutte contre le terrorisme islamiste. Cette préoccupation des services quant au bon déroulement de la plus importante élection est inédite, preuve de la réalité des cyber-attaques déjà identifiées ou déjouées.

Selon les experts interrogés par EUobserver, le risque est bien plus varié que dans la campagne américaine, lorsque les attaques informatiques russes se seraient surtout concentrées sur la collecte d'informations et de documents compromettants ou gênants pour Hillary Clinton.

'Guide d'hygiène informatique'

Le 14 février, le site d'En Marche! - le mouvement politique de Macron - a été déconnecté durant un laps de temps assez court. Deux autres attaques similaires avaient précédé. Des tentatives d'intrusion dans les bases de données du parti auraient également été contrecarrées.

Selon nos informations, le site En Marche ! serait hébergé aux Etats-Unis, plus précisément à San-Francisco, pour rendre plus difficile une cyberattaque. Si la formation d’Emmanuel Macron pointe la responsabilité de Moscou, aucun preuve ne semble pouvoir l'étayer.

Les équipes de campagne disent avoir pris des mesures, comme éteindre les téléphones portables pendant les réunions ou utiliser de WhatsApp pour échanger des messages. Auparavant, certains équipes utilisaient Telegram, un application considérée comme plus sûre contre le piratage, mais qui est russe.

Elles ne semblent cependant toujours pas préparées à repousser des attaques d'envergure.

Le 28 octobre dernier, l'Anssi a convoqué tous les responsables informatiques des candidats à la présidentielle afin de les sensibiliser aux risques et aux menaces. Sur une clé USB, un "guide d'hygiène informatique" leur a été remis. Tous les partis ont répondu présent, à l'exception du Front National.

Quatre mois plus tard, en février, Zataz, un magazine en ligne spécialisé dans la sécurité des données, a examiné les sites Web des candidats. Plusieurs dizaines de failles de sécurité ont été aisément détectées, notamment dans la protection des données nominatives.

Les autorités françaises sont également préoccupées par le fait que leur propre réseau pourrait être ciblé, y compris par des pirates cherchant à modifier le vote lui-même.

Pas de vote électronique

Début mars, le gouvernement a décidé d'interdire le vote électronique pour les élections législatives de juin aux électeurs français à l'étranger. Le vote électronique n'avait d’ailleurs pas été prévu pour l'élection présidentielle elle-même.

Selon le directeur général de l’Anssi, Guillaume Poupard, la plate-forme permettant de voter via son ordinateur serait "plus performante" que lors du scrutin de 2012 mais "le niveau de la menace est aujourd’hui bien supérieur".

Selon d'autres observateurs, outre la menace, ce sont surtout les piètres performances du système qui auraient dicté l'abandon du vote électronique, de nombreux électeurs ne parvenant pas à se connecter lors de tests.

Les menaces sont belle et bien réelles mais ne sont pas nouvelles. Lors de la précédente campagne présidentielle, en mai 2012, les ordinateurs de plusieurs collaborateurs de l’Élysée avaient été piratés. L'ancien directeur technique de la DGSE l'avait plus tard révélé au détour d'une conférence en lâchant le pays d'origine du piratage... les États-Unis.

Cet article a été originellement publié en anglais

Investigation

French election faces high cyber threat

French president Francois Hollande has called for "all necessary means" to be used to fend off cyber attacks ahead of the presidential election in April and May. But political parties are still vulnerable.

Le Pen a cherché quelques millions russes de plus

Des révélations selon lesquelles la candidate d'extrême droite a tenté d'emprunter 3 millions d'euros supplémentaires à la Russie posent des questions sur l'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle française.

Investigation

Le piratage de Macron, une leçon pour l'Allemagne

La façon dont l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron s'est défendue contre les hackers peut servir de leçon pour d'autres partis politiques en Europe, même si les experts sont partagés quand à la culpabilité de la Russie.

Poutine s’immisce dans l'élection française

Poutine a traité la leader anti-UE Marine Le Pen, comme si elle avait déjà remporté la présidentielle. "J'ai mon propre point de vue, qui coïncide avec celui de la Russie", a-t-elle affirmé.

News in Brief

  1. Poll: Denmark set to double number of liberal MEPs
  2. European brands 'breaking' chemical safety rules
  3. Report: Merkel was lobbied to accept EU top job
  4. May struggling to get Brexit deal passed at fourth vote
  5. German MPs show interest in 'Magnitsky' sanctions
  6. CoE: Rights violations in Hungary 'must be addressed'
  7. EU affairs ministers rubber-stamp new ban on plastics
  8. Private companies campaign to boost turnout in EU poll

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

Stakeholders' Highlights

  1. Vote for the EU Sutainable Energy AwardsCast your vote for your favourite EUSEW Award finalist. You choose the winner of 2019 Citizen’s Award.
  2. Nordic Council of MinistersEducation gets refugees into work
  3. Counter BalanceSign the petition to help reform the EU’s Bank
  4. UNICEFChild rights organisations encourage candidates for EU elections to become Child Rights Champions
  5. UNESDAUNESDA Outlines 2019-2024 Aspirations: Sustainability, Responsibility, Competitiveness
  6. Counter BalanceRecord citizens’ input to EU bank’s consultation calls on EIB to abandon fossil fuels
  7. International Partnership for Human RightsAnnual EU-Turkmenistan Human Rights Dialogue takes place in Ashgabat
  8. Nordic Council of MinistersNew campaign: spot, capture and share Traces of North
  9. Nordic Council of MinistersLeading Nordic candidates go head-to-head in EU election debate
  10. Nordic Council of MinistersNew Secretary General: Nordic co-operation must benefit everybody
  11. Platform for Peace and JusticeMEP Kati Piri: “Our red line on Turkey has been crossed”
  12. UNICEF2018 deadliest year yet for children in Syria as war enters 9th year

Stakeholders' Highlights

  1. Nordic Council of MinistersNordic commitment to driving global gender equality
  2. International Partnership for Human RightsMeet your defender: Rasul Jafarov leading human rights defender from Azerbaijan
  3. UNICEFUNICEF Hosts MEPs in Jordan Ahead of Brussels Conference on the Future of Syria
  4. Nordic Council of MinistersNordic talks on parental leave at the UN
  5. International Partnership for Human RightsTrial of Chechen prisoner of conscience and human rights activist Oyub Titiev continues.
  6. Nordic Council of MinistersNordic food policy inspires India to be a sustainable superpower
  7. Nordic Council of MinistersMilestone for Nordic-Baltic e-ID
  8. Counter BalanceEU bank urged to free itself from fossil fuels and take climate leadership
  9. Intercultural Dialogue PlatformRoundtable: Muslim Heresy and the Politics of Human Rights, Dr. Matthew J. Nelson
  10. Platform for Peace and JusticeTurkey suffering from the lack of the rule of law
  11. UNESDASoft Drinks Europe welcomes Tim Brett as its new president
  12. Nordic Council of MinistersNordic ministers take the lead in combatting climate change

Stakeholders' Highlights

  1. Counter BalanceEuropean Parliament takes incoherent steps on climate in future EU investments
  2. International Partnership For Human RightsKyrgyz authorities have to immediately release human rights defender Azimjon Askarov
  3. Nordic Council of MinistersSeminar on disability and user involvement
  4. Nordic Council of MinistersInternational appetite for Nordic food policies
  5. Nordic Council of MinistersNew Nordic Innovation House in Hong Kong
  6. Nordic Council of MinistersNordic Region has chance to become world leader when it comes to start-ups
  7. Nordic Council of MinistersTheresa May: “We will not be turning our backs on the Nordic region”
  8. International Partnership for Human RightsOpen letter to Emmanuel Macron ahead of Uzbek president's visit
  9. International Partnership for Human RightsRaising key human rights concerns during visit of Turkmenistan's foreign minister
  10. Nordic Council of MinistersState of the Nordic Region presented in Brussels
  11. Nordic Council of MinistersThe vital bioeconomy. New issue of “Sustainable Growth the Nordic Way” out now
  12. Nordic Council of MinistersThe Nordic gender effect goes international

Join EUobserver

Support quality EU news

Join us