Monday

11th Dec 2017

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

  • Le renseignement français a averti que des hackers et des cyber-soldats financés par le Kremlin essayaient de fausser la campagne présidentielle. (Photo: Yuri Samoilov)

A l'approche de l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, les autorités françaises sont en état d'alerte pour parer à toute tentative de cyber-attaque qui pourrait affecter le résultat du scrutin.

Les principales cibles potentielles sont les sites web des partis et candidats ainsi que les réseaux informatiques de l'État.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now for a 30 day free trial.

  1. €150 per year
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

  • Hollande: “La Russie utilise tous ses moyens pour influencer les opinions publiques” (Photo: elysee.fr)

La menace a été publiquement reconnue par le président François Hollande, qui a accusé la Russie d'essayer de s'immiscer dans la campagne.

"La Russie utilise tous ses moyens pour influencer les opinion publiques", a-t-il déclaré dans une récente interview à plusieurs journaux européens.

"Ce n'est plus la même idéologie que du temps de l'URSS, mais se sont parfois les mêmes procédés, les technologies en plus", a-t-il affirmé, ajoutant que la Russie a "une stratégie d'influence, de réseaux, avec des thèses très conservatrices sur le plan des moeurs".

"Les menaces contre les partis politiques français et le scrutin sont protéiformes", confie à EUobserver, sous couvert d'anonymat, un expert de l'Agence nationale pour la sécurité de l'information (Anssi), qui dépend du Premier ministre.

La sonnette d’alarme a été tirée au plus haut niveau par les services de renseignements, entraînant deux conseil de défense présidées par Hollande à l'Elysée.

En janvier, les experts de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) - ont averti que des pirates informatiques et des cyber-soldats financés par le Kremlin essayaient de fausser la campagne présidentielle. Leur objectif: favoriser la candidate d'extrême droite Marine Le Pen et discréditer ses concurrents, en particulier le candidat indépendant Emmanuel Macron.

Macron, ancien ministre de l'Economie sous Hollande, est l'un des favoris pour atteindre le second tour de la présidentielle, très probablement contre Le Pen.

Lors d'un conseil de défense début mars, Hollande a décrété «la mobilisation de tous les moyens nécessaires de l’Etat » afin qu' « aucune action malveillante » ne puisse « entâcher la campagne et le vote ».

La mission de la DGSE est de veiller à la protection des intérêts supérieurs de la nation. Mais jusqu'alors, l'agence, qui dépend du ministère de la Défense, était focalisée sur la menace d'attentats qui n'a jamais été aussi élevée et la lutte contre le terrorisme islamiste. Cette préoccupation des services quant au bon déroulement de la plus importante élection est inédite, preuve de la réalité des cyber-attaques déjà identifiées ou déjouées.

Selon les experts interrogés par EUobserver, le risque est bien plus varié que dans la campagne américaine, lorsque les attaques informatiques russes se seraient surtout concentrées sur la collecte d'informations et de documents compromettants ou gênants pour Hillary Clinton.

'Guide d'hygiène informatique'

Le 14 février, le site d'En Marche! - le mouvement politique de Macron - a été déconnecté durant un laps de temps assez court. Deux autres attaques similaires avaient précédé. Des tentatives d'intrusion dans les bases de données du parti auraient également été contrecarrées.

Selon nos informations, le site En Marche ! serait hébergé aux Etats-Unis, plus précisément à San-Francisco, pour rendre plus difficile une cyberattaque. Si la formation d’Emmanuel Macron pointe la responsabilité de Moscou, aucun preuve ne semble pouvoir l'étayer.

Les équipes de campagne disent avoir pris des mesures, comme éteindre les téléphones portables pendant les réunions ou utiliser de WhatsApp pour échanger des messages. Auparavant, certains équipes utilisaient Telegram, un application considérée comme plus sûre contre le piratage, mais qui est russe.

Elles ne semblent cependant toujours pas préparées à repousser des attaques d'envergure.

Le 28 octobre dernier, l'Anssi a convoqué tous les responsables informatiques des candidats à la présidentielle afin de les sensibiliser aux risques et aux menaces. Sur une clé USB, un "guide d'hygiène informatique" leur a été remis. Tous les partis ont répondu présent, à l'exception du Front National.

Quatre mois plus tard, en février, Zataz, un magazine en ligne spécialisé dans la sécurité des données, a examiné les sites Web des candidats. Plusieurs dizaines de failles de sécurité ont été aisément détectées, notamment dans la protection des données nominatives.

Les autorités françaises sont également préoccupées par le fait que leur propre réseau pourrait être ciblé, y compris par des pirates cherchant à modifier le vote lui-même.

Pas de vote électronique

Début mars, le gouvernement a décidé d'interdire le vote électronique pour les élections législatives de juin aux électeurs français à l'étranger. Le vote électronique n'avait d’ailleurs pas été prévu pour l'élection présidentielle elle-même.

Selon le directeur général de l’Anssi, Guillaume Poupard, la plate-forme permettant de voter via son ordinateur serait "plus performante" que lors du scrutin de 2012 mais "le niveau de la menace est aujourd’hui bien supérieur".

Selon d'autres observateurs, outre la menace, ce sont surtout les piètres performances du système qui auraient dicté l'abandon du vote électronique, de nombreux électeurs ne parvenant pas à se connecter lors de tests.

Les menaces sont belle et bien réelles mais ne sont pas nouvelles. Lors de la précédente campagne présidentielle, en mai 2012, les ordinateurs de plusieurs collaborateurs de l’Élysée avaient été piratés. L'ancien directeur technique de la DGSE l'avait plus tard révélé au détour d'une conférence en lâchant le pays d'origine du piratage... les États-Unis.

Cet article a été originellement publié en anglais

Investigation

French election faces high cyber threat

French president Francois Hollande has called for "all necessary means" to be used to fend off cyber attacks ahead of the presidential election in April and May. But political parties are still vulnerable.

Le Pen a cherché quelques millions russes de plus

Des révélations selon lesquelles la candidate d'extrême droite a tenté d'emprunter 3 millions d'euros supplémentaires à la Russie posent des questions sur l'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle française.

Investigation

Le piratage de Macron, une leçon pour l'Allemagne

La façon dont l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron s'est défendue contre les hackers peut servir de leçon pour d'autres partis politiques en Europe, même si les experts sont partagés quand à la culpabilité de la Russie.

Poutine s’immisce dans l'élection française

Poutine a traité la leader anti-UE Marine Le Pen, comme si elle avait déjà remporté la présidentielle. "J'ai mon propre point de vue, qui coïncide avec celui de la Russie", a-t-elle affirmé.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

Stakeholders' Highlights

  1. UNICEFMake the Digital World Safer for Children & Increase Access for the Most Disadvantaged
  2. European Jewish CongressWelcomes Recognition of Jerusalem as the Capital of Israel and Calls on EU States to Follow Suit
  3. Mission of China to the EUChina and EU Boost Innovation Cooperation Under Horizon 2020
  4. European Gaming & Betting AssociationJuncker’s "Political" Commission Leaves Gambling Reforms to the Court
  5. AJC Transatlantic InstituteAJC Applauds U.S. Recognition of Jerusalem as Israel’s Capital City
  6. EU2017EEEU Telecom Ministers Reached an Agreement on the 5G Roadmap
  7. European Friends of ArmeniaEU-Armenia Relations in the CEPA Era: What's Next?
  8. Mission of China to the EU16+1 Cooperation Injects New Vigour Into China-EU Ties
  9. EPSUEU Blacklist of Tax Havens Is a Sham
  10. EU2017EERole of Culture in Building Cohesive Societies in Europe
  11. ILGA EuropeCongratulations to Austria - Court Overturns Barriers to Equal Marriage
  12. Centre Maurits CoppietersCelebrating Diversity, Citizenship and the European Project With Fundació Josep Irla

Stakeholders' Highlights

  1. European Healthy Lifestyle AllianceUnderstanding the Social Consequences of Obesity
  2. Union for the MediterraneanMediterranean Countries Commit to Strengthening Women's Role in Region
  3. Bio-Based IndustriesRegistration for BBI JU Stakeholder Forum about to close. Last chance to register!
  4. European Heart NetworkThe Time Is Ripe for Simplified Front-Of-Pack Nutrition Labelling
  5. Counter BalanceNew EU External Investment Plan Risks Sidelining Development Objectives
  6. EU2017EEEAS Calls for Eastern Partnership Countries to Enter EU Market Through Estonia
  7. Dialogue PlatformThe Turkey I No Longer Know
  8. World Vision7 Million Children at Risk in the DRC: Donor Meeting to Focus on Saving More Lives
  9. EPSU-Eurelectric-IndustriAllElectricity European Social Partners Stand up for Just Energy Transition
  10. European Friends of ArmeniaSignature of CEPA Marks a Fresh Start for EU-Armenia Relations
  11. Nordic Council of MinistersNordic Energy Ministers Pledge to Work More Closely at Nordic and EU Level
  12. European Friends of ArmeniaPresident Sargsyan Joined EuFoA Honorary Council Inaugural Meeting

Stakeholders' Highlights

  1. International Partnership for Human RightsEU Leaders Should Press Azerbaijan President to End the Detention of Critics
  2. CECEKey Stakeholders to Jointly Tackle the Skills Issue in the Construction Sector
  3. European Friends of ArmeniaLaunch of Honorary Council on the Occasion of the Eastern Partnership Summit and CEPA
  4. EPSUStudy Finds TUNED and Employers in Central Governments Most Representative
  5. Mission of China to the EUAmbassador Zhang Ming Received by Tusk; Bright Future for EU-China Relations
  6. EU2017EEEstonia, With the ECHAlliance, Introduces the Digital Health Society Declaration
  7. European Jewish CongressEJC to French President Macron: We Oppose All Contact With Far-Right & Far-Left
  8. ACCASmall and Medium Sized Practices Must 'Offer the Whole Package'
  9. Mission of China to the EUNew era for China brings new opportunities to all
  10. Nordic Council of MinistersNordic countries prioritise fossil fuel subsidy reform
  11. Counter BalanceNew Report: Juncker Plan Backs Billions in Fossil Fuels and Carbon-Heavy Infrastructure
  12. UNICEFEuropean Parliament Marks World Children's Day by Launching Dialogue With Children