Thursday

27th Apr 2017

Interview

Les élections françaises et allemandes 'cruciales' pour Poutine

  • Kasyanov (g) avec le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles. (Photo: ec.europa.eu)

Affaiblir l'UE en s’ingérant dans les élections françaises et allemandes sera une grande caractéristique de la politique étrangère de la Russie cette année, prévient l'ancien Premier ministre Mikhaïl Kassianov, l'un des leaders de l'opposition russe.

"L'objectif principal de M. Poutine est de diviser et d'affaiblir l'Europe", a-t-il déclaré de Moscou dans une récente interview à EUobserver.

Le président russe "veut affaiblir l'UE jusqu’au point où elle ne pourra plus mener ses propres affaires sans sa participation directe", ajoute Kassianov. "Il veut être impliqué directement dans toutes les négociations sur les questions importantes".

"Poutine est nerveux au sujet de l'unité européenne et de l'unité transatlantique. Il tente de discréditer les éléments d'une politique étrangère et de sécurité européenne commune qui ont commencé à émerger pour la première fois dans l'histoire de l'UE, en réaction à la résurgence de la Russie".

Kassianov affirme que les prochaines élections en France et en Allemagne sont des "points cruciaux" sur l'agenda de Poutine.

Ingérence 'scandaleuse'

Ces élections surviennent alors que l'UE a perdu de la confiance en soi après la victoire du Brexit et l'élection d'un populiste lunatique, Donald Trump, aux Etats-Unis.

Ils viennent également au milieu d'une crise migratoire dont certains commentateurs considèrent qu'elle menace la survie de l'Union européenne.

"La politique étrangère de Poutine sera basée sur cela", note Kassianov, se référant aux efforts russes à aider les partis anti-européens et d'extrême droite à accroître leur popularité pour empirer les choses.

Le 24 mars, Poutine a accueilli Marine Le Pen au Kremlin; un honneur normalement réservé aux chefs d'État ou de gouvernement.

Cette rencontre un mois avant que les Français votent pour le premier tour de l'élection présidentielle, est une ingérence "scandaleuse" dans la politique française, dénonce Kassianov.

Il explique que Poutine a agi ainsi pour se venger de rencontres de responsables politiques occidentaux avec l'opposition russe et qu'il a voulu simplement voir quel niveau d'interférence l'opinion et les dirigeant européens étaient prêts à accepter.

‘’Il a voulu tâter le terrain’’, explique Kassianov.

En ce qui concerne l'évolution de la situation en Russie, l'ancien premier ministre estime que l'UE ne devrait pas s’attendre à beaucoup de changement pour la prochaine élection présidentielle, en 2018.

Etat d'esprit négatif

Kassianov a répondu à nos questions avant les manifestations du 26 mars contre la corruption en Russie - la plus importante depuis cinq ans. Pour lui, l'élection ne sera pas plus qu'une simple "imitation" de la démocratie et que l'ambiance dans la société russe est "maussade" et "nerveuse".

"Il [Poutine] passe d'un système autoritaire à un système totalitaire et l’état d’esprit est assez négatif", dit-il.

Il explique que les militants de son propre parti, à Moscou comme dans les villes régionales, ont été harcelés par le FSB, service de renseignement, et par des groupes hooligans parrainés par le gouvernement.

"On leur dit qu'ils pourraient perdre leur emploi et que leurs enfants pourraient perdre leurs places à l'université."

Kassianov dit qu'il fera campagne pour le scrutin de 2018, même s'il ne croit pas que cette campagne sera honnête, afin de contribuer à créer des changements de long terme.

Il ajoute que les Russes vivant dans les grandes villes et qui ont donc accès à d'autres sources d'information commencent à comprendre que les politiques de Poutine, et non pas les conspirations occidentales, sont à l'origine de la pauvreté croissante en Russie.

"Mon objectif principal est d'éclairer le peuple russe", déclare-t-il. "La société russe est déjà divisée [à propos de Poutine] en deux dans les grandes villes et ce n'est pas rien."

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Interview

Khodorkovski: Poutine mise sur Le Pen

La Russie va tenter d'aider la candidate d'extrême droite à gagner l'élection présidentielle française de la même manière qu’elle a aidé Trump aux États-Unis, assure l'opposant au Kremlin.

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

Le président francais Francois Hollande a mobilisé "tous les moyens nécessaires" pour contrer d'éventuelle cyber-attaques avant l'election présidentielle d'avril et mai. Mais les partis politiques restent vulnérables.

Stakeholders' Highlights

  1. ECR GroupSyed Kamall: We Need a New, More Honest Relationship With Turkey
  2. ACCARisks and Opportunities of Blockchain and Shared LedgersTechnologies in Financial Services
  3. UNICEFRace Against Time to Save Millions of Lives in Yemen
  4. Nordic Council of MinistersDeveloping Independent Russian-Language Media in the Baltic Countries
  5. Swedish EnterprisesReform of the European Electricity Market: Lessons from the Nordics, Brussels 2 May
  6. Malta EU 2017Green Light Given for New EU Regulation to Bolster External Border Checks
  7. Counter BalanceCall for EU Commission to Withdraw Support of Trans-Adriatic Pipeline
  8. ACCAEconomic Confidence at Highest Since 2015
  9. European Federation of Allergy and Airways60%-90% of Your Life Is Spent Indoors. How Does Poor Indoor Air Quality Affect You?
  10. European Gaming and Betting AssociationCJEU Confirms Obligation for a Transparent Licensing Process
  11. Nordic Council of MinistersNordic Region and the US: A Time of Warlike Rhetoric and Militarisation?
  12. European Free AllianceEFA MEPs Vote in Favor of European Parliament's Brexit Mandate

Latest News

  1. Russische Fake-News überschwemmen die sozialen Medien Frankreichs
  2. EU agency stuck with London rent bill
  3. EU anti-fraud office ditches Martin Schulz probe
  4. Commission launches bid to make Europe social
  5. MEPs act to strip Le Pen of immunity in fake jobs case
  6. EU starts legal action against Hungary
  7. Brexit is about Europe's future as well
  8. Power struggle in Greenland: Three reasons why the EU should care