Monday

27th May 2019

Interview

La Russie construit un 'arc de fer' autour de l'Europe

  • Haftar a visité le porte-avions de la Russie alors qu'il parcourait la Libye plus tôt cette année (Photo: royalnavy.mod.uk)

L'intervention de la Russie en Libye est conçue pour entourer l'Europe dans un "grand jeu" de géostratégie, selon un ancien chef de l'armée italienne.

Luigi Binelli Mantelli, qui a dirigé les forces armées italiennes de 2013 à 2015, a confié à EUobserver que la tentative de la Russie de s'imposer en Libye est un problème bien plus important que celui du pétrole, des migrants ou des terroristes.

Read and decide

Join EUobserver today

Support quality EU news

Get instant access to all articles — and 18 year's of archives. 30 days free trial.

... or join as a group

  • Binelli Mantelli (g) a dirigé les forces armées italiennes pendant deux ans (Photo: eeas.europa.eu)

Il estime que l'objectif principal du président russe Vladimir Poutine est que la Russie "joue un rôle croissant en tant que puissance mondiale, dépassant ainsi les États-Unis en tant que chef de l'ordre international d’après Guerre Froide".

Selon lui, la Russie essaie d'y parvenir en "renforçant sa présence stratégique" en Arctique, dans la Baltique, en Mer Noire et en Méditerranée, un ensemble qu'il décrit comme un "arc de fer".

L’amiral à la retraite prévient que son point de vue ne représente pas la position officielle de l'Italie, une ancienne puissance coloniale en Libye, qui mène les efforts de l'UE pour rétablir l'ordre dans ce pays fragmenté.

Le nouvel "arc de fer" a vu la Russie rouvrir des bases de l'ère soviétique dans le Grand Nord et doubler ses forces militaires dans son enclave de Kaliningrad, sur la mer Baltique.

Il y a trois ans, la Russie s'est emparée de la Crimée au détriment de l'Ukraine et a renforcé sa présence militaire dans cette péninsule de la mer Noire.

Elle a également renforcé sa base navale en Syrie et a convenu avec la Chine le partage d’une nouvelle base navale à Djibouti.

Elle cultive aussi des liens étroits avec l'Egypte et avec un chef de guerre libyen, Khalifa Haftar.

"Si vous regardez les bases navales [russes], en particulier la base partagée avec la Chine, l'Europe est en quelque sorte encerclée par son côté Est et son côté Sud", explique Binelli Mantelli.

Il note que le conflit ukrainien est dans une "impasse", mais que l'Occident était désormais en "rivalité ouverte" avec la Russie pour l'influence en Méditerranée.

En Libye, la Russie a fourni argent et équipements, entraînement de ses combattants et soutien diplomatique à Haftar, un ancien chef de l'armée qui contrôle l'Est du pays et que Mantelli décrit comme le seul homme en mesure de rétablir l'ordre.

La Libye et Haftar

L'amiral italien estime que le Gouvernement d'Unité nationale (GNA), basé à Tripoli, reconnu par l'ONU et soutenu par l'UE et l'OTAN, est "faible".

"Le seul parti en Libye ... qui a la chance de refaire l'unité du pays ou du moins exercer un pouvoir sur le pays est Haftar. Le gouvernement de Tripoli est très faible et divisé, et pourrait s'effondrer à tout moment", juge Mantelli.

Pour le militaire italien, il est "raisonnable" de penser que Poutine demandera à Haftar la permission de construire une base navale russe en Libye en échange de son soutien.

Il estime que les déploiements russes ne devraient pas être considérés "en termes d'opérations militaires" contre l'UE, mais plutôt "en termes de grande stratégie, d’un jeu ingénieux" pour améliorer son statut sur la scène internationale.

Il estime également que rivaliser avec la Russie est le rôle de l'OTAN, pas celui de l'UE.

"Aujourd’hui, l'UE n’est, à mon avis, pas un pouvoir stratégique ", dit-il.

Les projets européens de coopération militaire approfondie en sont toujours à un stade assez précoce. Les États européens sont divisés sur des questions fondamentales, comme sur du degré d'intégration et sur la manière de gérer la crise des migrants. Ils doivent également faire face au Brexit et au virage isolationniste des États-Unis sous Donald Trump.

La Realpolitik

L'Occident a fait une erreur, explique-t-il, en "avançant trop vite" pour essayer de s'aligner avec des pays comme la Géorgie, que la Russie a envahi en 2008, ou l'Ukraine.

Il estime qu'une "approche plus prudente" dans l'ancienne sphère soviétique, une région "sensible", aurait peut-être donné "des résultats plus positifs" en termes d'expansion de l'influence occidentale dans ces pays.

L'Occident devrait "adopter une stratégie nette et réaliste avec la Russie ... c’est-à-dire une coopération plus qu'une opposition ouverte aux actions de Poutine", dit-il, en faisant référence à une possible coopération sur des question comme l'immigration, la lutte contre le terrorisme et la reconstruction de la Libye.

Selon lui, l’Occident devrait dans le même temps "concurrencer" la Russie en forgeant ses propres liens avec la Chine, l'Egypte, l'Iran et la Libye.

Binelli Mantelli précise qu'il parle en termes de "realpolitik", mettant de côté son point de vue sur les valeurs démocratiques ou humanitaires.

"Je ne suis pas en faveur de Poutine. Je suis simplement réaliste,", note-t-il.

"Haftar est le meilleur choix de realpolitik en Libye, pas le meilleur en termes de démocratie ou de droits de l'homme", a-t-il déclaré.

"En Libye, vous avez besoin de quelqu'un de fort, comme Kadhafi, qui était capable de contrôler ces personnes [les tribus armées de Libye]," insiste-t-il. "Ce n'est pas politiquement correct, mais vous devriez être réaliste."

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Interview

Russia building 'arc of iron' around Europe

Russia’s intervention in Libya is designed to surround Europe in a “great game” of geostrategy, Italy’s former military chief has said.

Poutine s’immisce dans l'élection française

Poutine a traité la leader anti-UE Marine Le Pen, comme si elle avait déjà remporté la présidentielle. "J'ai mon propre point de vue, qui coïncide avec celui de la Russie", a-t-elle affirmé.

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

Le président francais Francois Hollande a mobilisé "tous les moyens nécessaires" pour contrer d'éventuelle cyber-attaques avant l'election présidentielle d'avril et mai. Mais les partis politiques restent vulnérables.

Investigation

Sexe et mensonges: l'information russe sur l'UE

La France et l'Allemagne ont été la cible pendant des années de fausses nouvelles et de mensonges conçus pour inciter à la répulsion sexuelle envers les migrants et les politiciens qui leur ont donné refuge.

News in Brief

  1. Russia-critical banker elected president of Lithuania
  2. Timmermans calls for 'progressive alliance'
  3. Catalonia's Puigdemont wins MEP seat
  4. Weber opens door to alliance with greens and liberals
  5. Tsipras calls snap Greek election after EP defeat
  6. Polish ruling party PiS takes lion's share of EU vote
  7. Romanian voters punish ruling PSD party
  8. First official EP projection: EPP remain top, Greens fourth

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

Stakeholders' Highlights

  1. Vote for the EU Sutainable Energy AwardsCast your vote for your favourite EUSEW Award finalist. You choose the winner of 2019 Citizen’s Award.
  2. Nordic Council of MinistersEducation gets refugees into work
  3. Counter BalanceSign the petition to help reform the EU’s Bank
  4. UNICEFChild rights organisations encourage candidates for EU elections to become Child Rights Champions
  5. UNESDAUNESDA Outlines 2019-2024 Aspirations: Sustainability, Responsibility, Competitiveness
  6. Counter BalanceRecord citizens’ input to EU bank’s consultation calls on EIB to abandon fossil fuels
  7. International Partnership for Human RightsAnnual EU-Turkmenistan Human Rights Dialogue takes place in Ashgabat
  8. Nordic Council of MinistersNew campaign: spot, capture and share Traces of North
  9. Nordic Council of MinistersLeading Nordic candidates go head-to-head in EU election debate
  10. Nordic Council of MinistersNew Secretary General: Nordic co-operation must benefit everybody
  11. Platform for Peace and JusticeMEP Kati Piri: “Our red line on Turkey has been crossed”
  12. UNICEF2018 deadliest year yet for children in Syria as war enters 9th year

Stakeholders' Highlights

  1. Nordic Council of MinistersNordic commitment to driving global gender equality
  2. International Partnership for Human RightsMeet your defender: Rasul Jafarov leading human rights defender from Azerbaijan
  3. UNICEFUNICEF Hosts MEPs in Jordan Ahead of Brussels Conference on the Future of Syria
  4. Nordic Council of MinistersNordic talks on parental leave at the UN
  5. International Partnership for Human RightsTrial of Chechen prisoner of conscience and human rights activist Oyub Titiev continues.
  6. Nordic Council of MinistersNordic food policy inspires India to be a sustainable superpower
  7. Nordic Council of MinistersMilestone for Nordic-Baltic e-ID
  8. Counter BalanceEU bank urged to free itself from fossil fuels and take climate leadership
  9. Intercultural Dialogue PlatformRoundtable: Muslim Heresy and the Politics of Human Rights, Dr. Matthew J. Nelson
  10. Platform for Peace and JusticeTurkey suffering from the lack of the rule of law
  11. UNESDASoft Drinks Europe welcomes Tim Brett as its new president
  12. Nordic Council of MinistersNordic ministers take the lead in combatting climate change

Join EUobserver

Support quality EU news

Join us