Friday

7th Oct 2022

Interview

La Russie construit un 'arc de fer' autour de l'Europe

  • Haftar a visité le porte-avions de la Russie alors qu'il parcourait la Libye plus tôt cette année (Photo: royalnavy.mod.uk)

L'intervention de la Russie en Libye est conçue pour entourer l'Europe dans un "grand jeu" de géostratégie, selon un ancien chef de l'armée italienne.

Luigi Binelli Mantelli, qui a dirigé les forces armées italiennes de 2013 à 2015, a confié à EUobserver que la tentative de la Russie de s'imposer en Libye est un problème bien plus important que celui du pétrole, des migrants ou des terroristes.

Read and decide

Join EUobserver today

Become an expert on Europe

Get instant access to all articles — and 20 years of archives. 14-day free trial.

... or subscribe as a group

  • Binelli Mantelli (g) a dirigé les forces armées italiennes pendant deux ans (Photo: eeas.europa.eu)

Il estime que l'objectif principal du président russe Vladimir Poutine est que la Russie "joue un rôle croissant en tant que puissance mondiale, dépassant ainsi les États-Unis en tant que chef de l'ordre international d’après Guerre Froide".

Selon lui, la Russie essaie d'y parvenir en "renforçant sa présence stratégique" en Arctique, dans la Baltique, en Mer Noire et en Méditerranée, un ensemble qu'il décrit comme un "arc de fer".

L’amiral à la retraite prévient que son point de vue ne représente pas la position officielle de l'Italie, une ancienne puissance coloniale en Libye, qui mène les efforts de l'UE pour rétablir l'ordre dans ce pays fragmenté.

Le nouvel "arc de fer" a vu la Russie rouvrir des bases de l'ère soviétique dans le Grand Nord et doubler ses forces militaires dans son enclave de Kaliningrad, sur la mer Baltique.

Il y a trois ans, la Russie s'est emparée de la Crimée au détriment de l'Ukraine et a renforcé sa présence militaire dans cette péninsule de la mer Noire.

Elle a également renforcé sa base navale en Syrie et a convenu avec la Chine le partage d’une nouvelle base navale à Djibouti.

Elle cultive aussi des liens étroits avec l'Egypte et avec un chef de guerre libyen, Khalifa Haftar.

"Si vous regardez les bases navales [russes], en particulier la base partagée avec la Chine, l'Europe est en quelque sorte encerclée par son côté Est et son côté Sud", explique Binelli Mantelli.

Il note que le conflit ukrainien est dans une "impasse", mais que l'Occident était désormais en "rivalité ouverte" avec la Russie pour l'influence en Méditerranée.

En Libye, la Russie a fourni argent et équipements, entraînement de ses combattants et soutien diplomatique à Haftar, un ancien chef de l'armée qui contrôle l'Est du pays et que Mantelli décrit comme le seul homme en mesure de rétablir l'ordre.

La Libye et Haftar

L'amiral italien estime que le Gouvernement d'Unité nationale (GNA), basé à Tripoli, reconnu par l'ONU et soutenu par l'UE et l'OTAN, est "faible".

"Le seul parti en Libye ... qui a la chance de refaire l'unité du pays ou du moins exercer un pouvoir sur le pays est Haftar. Le gouvernement de Tripoli est très faible et divisé, et pourrait s'effondrer à tout moment", juge Mantelli.

Pour le militaire italien, il est "raisonnable" de penser que Poutine demandera à Haftar la permission de construire une base navale russe en Libye en échange de son soutien.

Il estime que les déploiements russes ne devraient pas être considérés "en termes d'opérations militaires" contre l'UE, mais plutôt "en termes de grande stratégie, d’un jeu ingénieux" pour améliorer son statut sur la scène internationale.

Il estime également que rivaliser avec la Russie est le rôle de l'OTAN, pas celui de l'UE.

"Aujourd’hui, l'UE n’est, à mon avis, pas un pouvoir stratégique ", dit-il.

Les projets européens de coopération militaire approfondie en sont toujours à un stade assez précoce. Les États européens sont divisés sur des questions fondamentales, comme sur du degré d'intégration et sur la manière de gérer la crise des migrants. Ils doivent également faire face au Brexit et au virage isolationniste des États-Unis sous Donald Trump.

La Realpolitik

L'Occident a fait une erreur, explique-t-il, en "avançant trop vite" pour essayer de s'aligner avec des pays comme la Géorgie, que la Russie a envahi en 2008, ou l'Ukraine.

Il estime qu'une "approche plus prudente" dans l'ancienne sphère soviétique, une région "sensible", aurait peut-être donné "des résultats plus positifs" en termes d'expansion de l'influence occidentale dans ces pays.

L'Occident devrait "adopter une stratégie nette et réaliste avec la Russie ... c’est-à-dire une coopération plus qu'une opposition ouverte aux actions de Poutine", dit-il, en faisant référence à une possible coopération sur des question comme l'immigration, la lutte contre le terrorisme et la reconstruction de la Libye.

Selon lui, l’Occident devrait dans le même temps "concurrencer" la Russie en forgeant ses propres liens avec la Chine, l'Egypte, l'Iran et la Libye.

Binelli Mantelli précise qu'il parle en termes de "realpolitik", mettant de côté son point de vue sur les valeurs démocratiques ou humanitaires.

"Je ne suis pas en faveur de Poutine. Je suis simplement réaliste,", note-t-il.

"Haftar est le meilleur choix de realpolitik en Libye, pas le meilleur en termes de démocratie ou de droits de l'homme", a-t-il déclaré.

"En Libye, vous avez besoin de quelqu'un de fort, comme Kadhafi, qui était capable de contrôler ces personnes [les tribus armées de Libye]," insiste-t-il. "Ce n'est pas politiquement correct, mais vous devriez être réaliste."

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Interview

Russia building 'arc of iron' around Europe

Russia’s intervention in Libya is designed to surround Europe in a “great game” of geostrategy, Italy’s former military chief has said.

Poutine s’immisce dans l'élection française

Poutine a traité la leader anti-UE Marine Le Pen, comme si elle avait déjà remporté la présidentielle. "J'ai mon propre point de vue, qui coïncide avec celui de la Russie", a-t-elle affirmé.

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

Le président francais Francois Hollande a mobilisé "tous les moyens nécessaires" pour contrer d'éventuelle cyber-attaques avant l'election présidentielle d'avril et mai. Mais les partis politiques restent vulnérables.

Investigation

Sexe et mensonges: l'information russe sur l'UE

La France et l'Allemagne ont été la cible pendant des années de fausses nouvelles et de mensonges conçus pour inciter à la répulsion sexuelle envers les migrants et les politiciens qui leur ont donné refuge.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. Sweden: Nord Stream probe points to 'gross sabotage'
  2. Orbán rails against Russia sanctions at Prague summit
  3. MEPs urge inquiry into Mahsa Amini killing and Iran sanctions
  4. Thousands of Hungarian students and teachers protest
  5. Swedish MEP cuts hair mid-speech to support Iran women
  6. Danish general election called for 1 November
  7. Slovenia legalises gay marriage, adoption
  8. Russia's stand-in EU ambassador reprimanded on Ukraine

Stakeholders' Highlights

  1. Obama FoundationThe Obama Foundation Opens Applications for its Leaders Program in Europe
  2. The European Association for Storage of EnergyRegister for the Energy Storage Global Conference, held in Brussels on 11-13 Oct.
  3. EFBWW – EFBH – FETBBA lot more needs to be done to better protect construction workers from asbestos
  4. European Committee of the RegionsThe 20th edition of EURegionsWeek is ready to take off. Save your spot in Brussels.
  5. UNESDA - Soft Drinks EuropeCall for EU action – SMEs in the beverage industry call for fairer access to recycled material
  6. Nordic Council of MinistersNordic prime ministers: “We will deepen co-operation on defence”

Latest News

  1. What actually happened at the 'most complicated election in the world'?
  2. Europe lays aside quarrels to isolate Putin
  3. Spyware-hacked MEPs still seeking answers
  4. EU leaders discuss gas price cap — amid rationing fear
  5. Germany braces for criticism of national €200bn energy fund
  6. The fossil-fuel agenda behind EU's carbon-capture plans
  7. Four weeks to COP27 — key issues and challenges
  8. EU wants to see US list on Russia financing of politicians

Stakeholders' Highlights

  1. EFBWW – EFBH – FETBBConstruction workers can check wages and working conditions in 36 countries
  2. Nordic Council of MinistersNordic and Canadian ministers join forces to combat harmful content online
  3. European Centre for Press and Media FreedomEuropean Anti-SLAPP Conference 2022
  4. Nordic Council of MinistersNordic ministers write to EU about new food labelling
  5. Nordic Council of MinistersEmerging journalists from the Nordics and Canada report the facts of the climate crisis
  6. Council of the EUEU: new rules on corporate sustainability reporting

Join EUobserver

Support quality EU news

Join us