Monday

21st Aug 2017

Interview

La Russie construit un 'arc de fer' autour de l'Europe

  • Haftar a visité le porte-avions de la Russie alors qu'il parcourait la Libye plus tôt cette année (Photo: royalnavy.mod.uk)

L'intervention de la Russie en Libye est conçue pour entourer l'Europe dans un "grand jeu" de géostratégie, selon un ancien chef de l'armée italienne.

Luigi Binelli Mantelli, qui a dirigé les forces armées italiennes de 2013 à 2015, a confié à EUobserver que la tentative de la Russie de s'imposer en Libye est un problème bien plus important que celui du pétrole, des migrants ou des terroristes.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now and get 40% off for an annual subscription. Sale ends soon.

  1. €90 per year. Use discount code EUOBS40%
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

  • Binelli Mantelli (g) a dirigé les forces armées italiennes pendant deux ans (Photo: eeas.europa.eu)

Il estime que l'objectif principal du président russe Vladimir Poutine est que la Russie "joue un rôle croissant en tant que puissance mondiale, dépassant ainsi les États-Unis en tant que chef de l'ordre international d’après Guerre Froide".

Selon lui, la Russie essaie d'y parvenir en "renforçant sa présence stratégique" en Arctique, dans la Baltique, en Mer Noire et en Méditerranée, un ensemble qu'il décrit comme un "arc de fer".

L’amiral à la retraite prévient que son point de vue ne représente pas la position officielle de l'Italie, une ancienne puissance coloniale en Libye, qui mène les efforts de l'UE pour rétablir l'ordre dans ce pays fragmenté.

Le nouvel "arc de fer" a vu la Russie rouvrir des bases de l'ère soviétique dans le Grand Nord et doubler ses forces militaires dans son enclave de Kaliningrad, sur la mer Baltique.

Il y a trois ans, la Russie s'est emparée de la Crimée au détriment de l'Ukraine et a renforcé sa présence militaire dans cette péninsule de la mer Noire.

Elle a également renforcé sa base navale en Syrie et a convenu avec la Chine le partage d’une nouvelle base navale à Djibouti.

Elle cultive aussi des liens étroits avec l'Egypte et avec un chef de guerre libyen, Khalifa Haftar.

"Si vous regardez les bases navales [russes], en particulier la base partagée avec la Chine, l'Europe est en quelque sorte encerclée par son côté Est et son côté Sud", explique Binelli Mantelli.

Il note que le conflit ukrainien est dans une "impasse", mais que l'Occident était désormais en "rivalité ouverte" avec la Russie pour l'influence en Méditerranée.

En Libye, la Russie a fourni argent et équipements, entraînement de ses combattants et soutien diplomatique à Haftar, un ancien chef de l'armée qui contrôle l'Est du pays et que Mantelli décrit comme le seul homme en mesure de rétablir l'ordre.

La Libye et Haftar

L'amiral italien estime que le Gouvernement d'Unité nationale (GNA), basé à Tripoli, reconnu par l'ONU et soutenu par l'UE et l'OTAN, est "faible".

"Le seul parti en Libye ... qui a la chance de refaire l'unité du pays ou du moins exercer un pouvoir sur le pays est Haftar. Le gouvernement de Tripoli est très faible et divisé, et pourrait s'effondrer à tout moment", juge Mantelli.

Pour le militaire italien, il est "raisonnable" de penser que Poutine demandera à Haftar la permission de construire une base navale russe en Libye en échange de son soutien.

Il estime que les déploiements russes ne devraient pas être considérés "en termes d'opérations militaires" contre l'UE, mais plutôt "en termes de grande stratégie, d’un jeu ingénieux" pour améliorer son statut sur la scène internationale.

Il estime également que rivaliser avec la Russie est le rôle de l'OTAN, pas celui de l'UE.

"Aujourd’hui, l'UE n’est, à mon avis, pas un pouvoir stratégique ", dit-il.

Les projets européens de coopération militaire approfondie en sont toujours à un stade assez précoce. Les États européens sont divisés sur des questions fondamentales, comme sur du degré d'intégration et sur la manière de gérer la crise des migrants. Ils doivent également faire face au Brexit et au virage isolationniste des États-Unis sous Donald Trump.

La Realpolitik

L'Occident a fait une erreur, explique-t-il, en "avançant trop vite" pour essayer de s'aligner avec des pays comme la Géorgie, que la Russie a envahi en 2008, ou l'Ukraine.

Il estime qu'une "approche plus prudente" dans l'ancienne sphère soviétique, une région "sensible", aurait peut-être donné "des résultats plus positifs" en termes d'expansion de l'influence occidentale dans ces pays.

L'Occident devrait "adopter une stratégie nette et réaliste avec la Russie ... c’est-à-dire une coopération plus qu'une opposition ouverte aux actions de Poutine", dit-il, en faisant référence à une possible coopération sur des question comme l'immigration, la lutte contre le terrorisme et la reconstruction de la Libye.

Selon lui, l’Occident devrait dans le même temps "concurrencer" la Russie en forgeant ses propres liens avec la Chine, l'Egypte, l'Iran et la Libye.

Binelli Mantelli précise qu'il parle en termes de "realpolitik", mettant de côté son point de vue sur les valeurs démocratiques ou humanitaires.

"Je ne suis pas en faveur de Poutine. Je suis simplement réaliste,", note-t-il.

"Haftar est le meilleur choix de realpolitik en Libye, pas le meilleur en termes de démocratie ou de droits de l'homme", a-t-il déclaré.

"En Libye, vous avez besoin de quelqu'un de fort, comme Kadhafi, qui était capable de contrôler ces personnes [les tribus armées de Libye]," insiste-t-il. "Ce n'est pas politiquement correct, mais vous devriez être réaliste."

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Poutine s’immisce dans l'élection française

Poutine a traité la leader anti-UE Marine Le Pen, comme si elle avait déjà remporté la présidentielle. "J'ai mon propre point de vue, qui coïncide avec celui de la Russie", a-t-elle affirmé.

La présidentielle française sous cyber-alerte maximale

Le président francais Francois Hollande a mobilisé "tous les moyens nécessaires" pour contrer d'éventuelle cyber-attaques avant l'election présidentielle d'avril et mai. Mais les partis politiques restent vulnérables.

Investigation

Sexe et mensonges: l'information russe sur l'UE

La France et l'Allemagne ont été la cible pendant des années de fausses nouvelles et de mensonges conçus pour inciter à la répulsion sexuelle envers les migrants et les politiciens qui leur ont donné refuge.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. Austria has begun checks at Italian border
  2. Slovenian PM: Brexit talks will take longer than expected
  3. Merkel backs diesel while report warns of economic harm
  4. UK to publish new Brexit papers this week
  5. Macedonia sacks top prosecutor over wiretap scandal
  6. ECB concerned stronger euro could derail economic recovery
  7. Mixed Irish reactions to post-Brexit border proposal
  8. European Union returns to 2 percent growth

Stakeholders' Highlights

  1. European Jewish CongressEuropean Governments Must Take Stronger Action Against Terrorism
  2. European Healthy Lifestyle AllianceDoes Genetics Explain Why So Few of Us Have an Ideal Cardiovascular Health?
  3. EU2017EEFuture-Themed Digital Painting Competition Welcomes Artists - Deadline 31 Aug
  4. ACCABusinesses Must Grip Ethics and Trust in the Digital Age
  5. European Jewish CongressEJC Welcomes European Court of Justice's Decision to Keep Hamas on Terror List
  6. UNICEFReport: Children on the Move From Africa Do Not First Aim to Go to Europe
  7. Centre Maurits CoppietersWe Need Democratic and Transparent Free Trade Agreements Says MEP Jordi Solé
  8. Counter BalanceOut for Summer, Ep. 2: EIB Promoting Development in Egypt - At What Cost?
  9. EU2017EELocal Leaders Push for Local and Regional Targets to Address Climate Change
  10. European Healthy Lifestyle AllianceMore Women Than Men Have Died From Heart Disease in Past 30 Years
  11. European Jewish CongressJean-Marie Le Pen Faces Trial for Oven Comments About Jewish Singer
  12. ACCAAnnounces Belt & Road Research at Shanghai Conference

Stakeholders' Highlights

  1. ECPAFood Waste in the Field Can Double Without Crop Protection. #WithOrWithout #Pesticides
  2. EU2017EEEstonia Allocates €1 Million to Alleviate Migratory Pressure From Libya in Italy
  3. Dialogue PlatformFethullah Gulen's Message on the Anniversary of the Coup Attempt in Turkey
  4. Martens CentreWeeding Out Fake News: An Approach to Social Media Regulation
  5. European Jewish CongressEJC Concerned by Normalisation of Antisemitic Tropes in Hungary
  6. Counter BalanceOut for Summer Ep. 1: How the EIB Sweeps a Development Fiasco Under the Rug
  7. CESICESI to Participate in Sectoral Social Dialogue Committee on Postal Services
  8. ILGA-EuropeMalta Keeps on Rocking: Marriage Equality on Its Way
  9. European Friends of ArmeniaEuFoA Director and MEPs Comment on the Recent Conflict Escalation in Nagorno-Karabakh
  10. EU2017EEEstonian Presidency Kicks off Youth Programme With Coding Summer School
  11. EPSUEP Support for Corporate Tax Transparency Principle Unlikely to Pass Reality Check
  12. Counter BalanceEuropean Parliament Improves the External Investment Plan but Significant Challenges Ahead