Thursday

21st Sep 2017

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

  • La scénographie était un moyen de démontrer que même à l'âge de 39 ans, avec peu d'expérience politique, Macron peut se revêtir de l'aura d'un président français. (Photo: Reuters)

Les présidents français, avec les fastes de la République et les pouvoirs qui leur sont conférés, sont souvent qualifiés de "monarques républicains".

Si une célébration de victoire est un présage pour l'avenir, la France et l'Europe ont trouvé en Emmanuel Macron un nouveau type de monarque français. Un monarque qui est autant patriote qu’européen, moderne mais à la recherche de tradition, et qui devra surtout faire une révolution s'il veut rester au pouvoir.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now and get 40% off for an annual subscription. Sale ends soon.

  1. €90 per year. Use discount code EUOBS40%
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

L'image de Macron marchant seul, dimanche soir (7 mai), dans la grandiose cour du Palais du Louvre, la résidence des rois de France, donnait une solennité inhabituelle pour une telle occasion.

L'impression était inattendue pour les milliers de partisans qui attendaient le nouvel élu devant une grande scène installée près de la pyramide de verre, sur laquelle des DJ avaient passé une musique aussi diversifiée que la foule multiethnique et majoritairement jeune.

Mais la mise en scène était symbolique à plusieurs niveaux.

Mise en scène symbolique

Le fait que Macron avance au son de l'Ode à la Joie de Beethoven, l'hymne européen, était en soi une profession de foi: la France ne peut plus être elle-même sans l'UE. Un message d'autant plus fort après avoir vaincu Marine Le Pen, qui veut sortir la France de l'UE.

Un message audacieux alors que 10,6 millions de Français venaient justement de voter pour Le Pen. Mais le geste s'accordait à la foule rassemblée au Louvre - où les drapeaux bleus étoilés étaient presque aussi nombreux que le drapeau tricolore - même si tout le monde n’a pas reconnu pas la musique.

Plus tôt dans la soirée, Macron avait déclaré qu'il défendrait "les intérêts vitaux de la France", ainsi que "l'Europe, la communauté de destin que se sont donnés les peuples de notre continent".

"C'est notre civilisation qui est en jeu", a-t-il dit, insistant sur le fait qu'il voulait "retisser les liens entre l'Europe et ses citoyens".

Mais le nouveau président fermement pro-européen avait également d'autres messages à faire passer, plus dans le style que dans le contenu.

Pour beaucoup de Français, les 3 minutes de la procession de Macron, enveloppé dans un manteau noir, évoquait François Mitterrand, avançant également seul au Panthéon le jour de son investiture en 1981. Mitterrand est ensuite resté au pouvoir pendant 14 ans, le plus long mandat dans dans l'histoire politique française moderne.

Pour Macron lui-même, la mise en scène était destinée à démontrer qu’à seulement 39 ans, avec une expérience politique limitée à deux années comme ministre de l'économie, il peut s'entourer de l'aura présidentielle.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Challenges l'année dernière, Macron affirmait qu'il voulait être un "président jupitérien", en référence à l'éventail des pouvoirs présidentiel similaires à ceux du dieu grec.

Il affirmait que "l'autorité démocratique" était "une capacité à éclairer ... pour énoncer un sens et une direction ancrés dans l'histoire du peuple français".

Dimanche soir, quand il est arrivé sur la scène - à côté de la pyramide construite par Mitterrand - Macron a tenté de définir une direction qui soit ancrée dans l'histoire.

Il a assuré que "de l'Ancien Régime à la libération de Paris [en 1944], de la Révolution Française à l'audace de cette pyramide", le Louvre était "le lieu" où "le monde regarde la France".

Esprit des Lumières

"L'Europe et le monde attendent que nous défendions partout l'esprit des Lumières menacé dans tant d’endroits", a-t-il déclaré à la foule de ses supporters. "Ils attendent que nous soyons enfin nous-mêmes ".

Ce type de discours est pratiquement un incontournable pour un président français, dans un pays qui aime se qualifier de "patrie des droits de l'Homme".

Mais dans la France de 2017, où les deux principaux partis ont été balayés au premier tour de l'élection présidentielle et où la cheffe de l'extrême droite a obtenu plus de voix que jamais, la célébration macronienne de l'histoire et des valeurs du pays répondait à un besoin plus profond.

"Je protégerai la République", a-t-il juré. Plus tôt dans la soirée, il avait reconnu "les divisions dans notre nation" et "les irritations, les doutes, l'anxiété que certains ont exprimé".

Macron sait qu'il devra unir un pays qui cherche une nouvelle prospérité, mais aussi une nouvelle identité.

D'une certaine façon, la foule présente au Louvre était la représentation de l'enjeu de cette élection, dans lequel beaucoup de "Français de souche" ont choisi Le Pen pour exprimer leur malaise envers l'immigration, l'Islam, un communautarisme croissant, autant qu'envers la situation économique et les effets de la mondialisation.

Les hommes et femmes venus acclamer Macron étaient de tous âges mais en grande partie jeunes. Ils étaient blancs, arabes et noirs. Ils étaient également étrangers, comme ce couple belgo-roumain vivant à Paris, ou le mari brésilien d'un Français qu’EUobserver a rencontrés.

Mais malgré la joie de la victoire présidentielle, il n'y avait pas vraiment de ferveur dans l'air et la fête a rapidement pris fin après le discours de Macron.

Dans la nuit parisienne, il y avait moins de monde en train de célébrer et moins de voitures klaxonnant que lors des précédentes élections présidentielles.

Macron a lancé sa candidature à la présidence comme une start-up, avec son propre mouvement politique conçu comme une marque personnelle - son mouvement En Marche! porte même ses propres initiales. Son but déclaré est de "moderniser la France" et "renouveler le paysage politique".

Victoire de circonstance

Mais il sait très bien que son élection est autant un produit des circonstances - la nécessité de battre Le Pen - qu’une adhésion populaire à son programme. Il n'est de plus pas assuré d'obtenir une majorité au Parlement lors des élections législatives du mois prochain.

Il a admis que les électeurs ne lui ont pas donné un "blanc seing" et que la "tâche" consistant à aborder "les difficultés économiques [et] l'affaiblissement moral du pays" sera "difficile".

En se présentant comme un nouveau monarque, marchant seul dans la cour du Louvre et prononçant un discours devant une pyramide, Macron a d'une certaine manière contredit sa propre ambition de "transformer" la France et sa façon de gouverner.

Il s'est exposé à la critique avant même d'être certain de réaliser ce qu'il annoncé comme nécessaire.

Comme l'a lancé un homme dans la foule du Louvre pendant son discours: "Les paroles c'est bien, les actes c'est mieux".

Analysis

Macron, a new Franco-European monarch

The new French president mixed republican pomp and European faith in his victory celebration. But to succeed, he will have to start a revolution.

Investigation

Le Pen-Poutine: des liens qui remontent à loin

La leader du Front National a rencontré le président russe trois fois, et non pas une comme elle l'affirme. Mais l'argent que son parti a obtenu, et sous quelles conditions, restent un mystère.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. Le Pen's right-hand man leaves National Front
  2. Spanish PM calls on Catalan leaders to 'stop escalation'
  3. Dutch government to appeal Srebrenica ruling
  4. Verhofstadt: Northern Ireland could stay in single market
  5. Catalan leader decries Spanish government intervention
  6. Hungary set for fresh campaign against public enemy Soros
  7. Iceland's PM leads in polls ahead of October elections
  8. Erdogan demands Iraqi Kurds cancel referendum

Stakeholders' Highlights

  1. European Jewish CongressCommends the German Government for Adopting the Working Definition of Antisemitism
  2. EU2017EEFour Tax Initiatives to Modernise the EU's Tax System
  3. Dialogue PlatformResponsibility in Practice: Gulen & Islamic Thought
  4. Counter BalanceHuman Rights Concerns Over EIB Loan to the Trans Anatolian Pipeline Project
  5. Mission of China to the EUChina Leads the Global Clean Energy Transition
  6. CES - Silicones EuropeFrom Baking Moulds to Oven Mitts, Silicones Are a Key Ingredient in Kitchens
  7. Martens CentreFor a New Europeanism: How to Put the Motto "Unity in Diversity" Into Practice
  8. Access MBAGet Ahead With an MBA Degree. Top MBA Event in Brussels
  9. Idealist QuarterlyIdealist Quarterly Event: Building Fearless Democracies With Gerald Hensel
  10. Mission of China to the EUPresident Xi Urges Bigger Global Role for Emerging Economies
  11. EU2017EEAre We Socially Insured in the Future of Work?
  12. European Jewish CongressFrench Authorities to Root Out "Societal Antisemitism" After Jewish Family Assaulted

Stakeholders' Highlights

  1. European Federation of Local Energy CompaniesClean Energy for All? On 10.10 Top-Level Speakers Present the Clean Energy Package
  2. UNICEFUp to Three Quarters of Children Face Abuse & Exploitation on Mediterranean Migration Routes
  3. Swedish EnterprisesEurope Under Challenge; Recipe for a Competitive EU
  4. European Public Health AllianceCall to International Action to Break Deadlock on Chronic Diseases Crisis
  5. CES - Silicones EuropePropelling the construction revolution with silicones
  6. EU2017EEEU 2018 Budget: A Case of Three Paradoxes
  7. ACCAUS 'Dash for Gas' Could Disrupt Global Gas Markets
  8. Swedish Enterprises“No Time to Lose” Film & Debate on How Business & Politics Can Fight Climate Change
  9. European Free AllianceSave The Date!! 26.09 - Coppieters Awards To... Carme Forcadell
  10. European Jewish CongressEJC Expresses Grave Concern Over Rise in Antisemitism in Poland
  11. EU2017EECybersecurity and the Estonian Presidency
  12. European Free AllianceFemu a Corsica. A Corsican Nationalist Party With a European Dimension