Sunday

18th Feb 2018

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

  • La scénographie était un moyen de démontrer que même à l'âge de 39 ans, avec peu d'expérience politique, Macron peut se revêtir de l'aura d'un président français. (Photo: Reuters)

Les présidents français, avec les fastes de la République et les pouvoirs qui leur sont conférés, sont souvent qualifiés de "monarques républicains".

Si une célébration de victoire est un présage pour l'avenir, la France et l'Europe ont trouvé en Emmanuel Macron un nouveau type de monarque français. Un monarque qui est autant patriote qu’européen, moderne mais à la recherche de tradition, et qui devra surtout faire une révolution s'il veut rester au pouvoir.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now for a 30 day free trial.

  1. €150 per year
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

L'image de Macron marchant seul, dimanche soir (7 mai), dans la grandiose cour du Palais du Louvre, la résidence des rois de France, donnait une solennité inhabituelle pour une telle occasion.

L'impression était inattendue pour les milliers de partisans qui attendaient le nouvel élu devant une grande scène installée près de la pyramide de verre, sur laquelle des DJ avaient passé une musique aussi diversifiée que la foule multiethnique et majoritairement jeune.

Mais la mise en scène était symbolique à plusieurs niveaux.

Mise en scène symbolique

Le fait que Macron avance au son de l'Ode à la Joie de Beethoven, l'hymne européen, était en soi une profession de foi: la France ne peut plus être elle-même sans l'UE. Un message d'autant plus fort après avoir vaincu Marine Le Pen, qui veut sortir la France de l'UE.

Un message audacieux alors que 10,6 millions de Français venaient justement de voter pour Le Pen. Mais le geste s'accordait à la foule rassemblée au Louvre - où les drapeaux bleus étoilés étaient presque aussi nombreux que le drapeau tricolore - même si tout le monde n’a pas reconnu pas la musique.

Plus tôt dans la soirée, Macron avait déclaré qu'il défendrait "les intérêts vitaux de la France", ainsi que "l'Europe, la communauté de destin que se sont donnés les peuples de notre continent".

"C'est notre civilisation qui est en jeu", a-t-il dit, insistant sur le fait qu'il voulait "retisser les liens entre l'Europe et ses citoyens".

Mais le nouveau président fermement pro-européen avait également d'autres messages à faire passer, plus dans le style que dans le contenu.

Pour beaucoup de Français, les 3 minutes de la procession de Macron, enveloppé dans un manteau noir, évoquait François Mitterrand, avançant également seul au Panthéon le jour de son investiture en 1981. Mitterrand est ensuite resté au pouvoir pendant 14 ans, le plus long mandat dans dans l'histoire politique française moderne.

Pour Macron lui-même, la mise en scène était destinée à démontrer qu’à seulement 39 ans, avec une expérience politique limitée à deux années comme ministre de l'économie, il peut s'entourer de l'aura présidentielle.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Challenges l'année dernière, Macron affirmait qu'il voulait être un "président jupitérien", en référence à l'éventail des pouvoirs présidentiel similaires à ceux du dieu grec.

Il affirmait que "l'autorité démocratique" était "une capacité à éclairer ... pour énoncer un sens et une direction ancrés dans l'histoire du peuple français".

Dimanche soir, quand il est arrivé sur la scène - à côté de la pyramide construite par Mitterrand - Macron a tenté de définir une direction qui soit ancrée dans l'histoire.

Il a assuré que "de l'Ancien Régime à la libération de Paris [en 1944], de la Révolution Française à l'audace de cette pyramide", le Louvre était "le lieu" où "le monde regarde la France".

Esprit des Lumières

"L'Europe et le monde attendent que nous défendions partout l'esprit des Lumières menacé dans tant d’endroits", a-t-il déclaré à la foule de ses supporters. "Ils attendent que nous soyons enfin nous-mêmes ".

Ce type de discours est pratiquement un incontournable pour un président français, dans un pays qui aime se qualifier de "patrie des droits de l'Homme".

Mais dans la France de 2017, où les deux principaux partis ont été balayés au premier tour de l'élection présidentielle et où la cheffe de l'extrême droite a obtenu plus de voix que jamais, la célébration macronienne de l'histoire et des valeurs du pays répondait à un besoin plus profond.

"Je protégerai la République", a-t-il juré. Plus tôt dans la soirée, il avait reconnu "les divisions dans notre nation" et "les irritations, les doutes, l'anxiété que certains ont exprimé".

Macron sait qu'il devra unir un pays qui cherche une nouvelle prospérité, mais aussi une nouvelle identité.

D'une certaine façon, la foule présente au Louvre était la représentation de l'enjeu de cette élection, dans lequel beaucoup de "Français de souche" ont choisi Le Pen pour exprimer leur malaise envers l'immigration, l'Islam, un communautarisme croissant, autant qu'envers la situation économique et les effets de la mondialisation.

Les hommes et femmes venus acclamer Macron étaient de tous âges mais en grande partie jeunes. Ils étaient blancs, arabes et noirs. Ils étaient également étrangers, comme ce couple belgo-roumain vivant à Paris, ou le mari brésilien d'un Français qu’EUobserver a rencontrés.

Mais malgré la joie de la victoire présidentielle, il n'y avait pas vraiment de ferveur dans l'air et la fête a rapidement pris fin après le discours de Macron.

Dans la nuit parisienne, il y avait moins de monde en train de célébrer et moins de voitures klaxonnant que lors des précédentes élections présidentielles.

Macron a lancé sa candidature à la présidence comme une start-up, avec son propre mouvement politique conçu comme une marque personnelle - son mouvement En Marche! porte même ses propres initiales. Son but déclaré est de "moderniser la France" et "renouveler le paysage politique".

Victoire de circonstance

Mais il sait très bien que son élection est autant un produit des circonstances - la nécessité de battre Le Pen - qu’une adhésion populaire à son programme. Il n'est de plus pas assuré d'obtenir une majorité au Parlement lors des élections législatives du mois prochain.

Il a admis que les électeurs ne lui ont pas donné un "blanc seing" et que la "tâche" consistant à aborder "les difficultés économiques [et] l'affaiblissement moral du pays" sera "difficile".

En se présentant comme un nouveau monarque, marchant seul dans la cour du Louvre et prononçant un discours devant une pyramide, Macron a d'une certaine manière contredit sa propre ambition de "transformer" la France et sa façon de gouverner.

Il s'est exposé à la critique avant même d'être certain de réaliser ce qu'il annoncé comme nécessaire.

Comme l'a lancé un homme dans la foule du Louvre pendant son discours: "Les paroles c'est bien, les actes c'est mieux".

Analysis

Macron, a new Franco-European monarch

The new French president mixed republican pomp and European faith in his victory celebration. But to succeed, he will have to start a revolution.

Investigation

Le Pen-Poutine: des liens qui remontent à loin

La leader du Front National a rencontré le président russe trois fois, et non pas une comme elle l'affirme. Mais l'argent que son parti a obtenu, et sous quelles conditions, restent un mystère.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. Merkel: Nord Stream 2 pipeline poses 'no danger'
  2. Spanish king in Barcelona next week
  3. Turkey jails journalists for life
  4. Make budget cuts in farm and regional funds, the Dutch say
  5. UN: Hungary's anti-migration bill is 'assault on human rights'
  6. Journalist Deniz Yucel freed in Turkey
  7. New organic farming bill not ready until late spring
  8. Commissioner: Western Balkans in EU is 'obvious'

Stakeholders' Highlights

  1. International Partnership for Human RightsUzbekistan: Investigate Torture of Journalist
  2. EPSUMovie Premiere: 'Up to The Last Drop' - 22 February, Brussels
  3. CESICESI@Noon on ‘Digitalisation & Future of Work: Social Protection For All?’ - March 7
  4. UNICEFExecutive Director's Committment to Tackling Sexual Exploitation and Abuse of Children
  5. Nordic Council of MinistersState of the Nordic Region 2018: Facts, Figures and Rankings of the 74 Regions
  6. Mission of China to the EUDigital Economy Shaping China's Future, Over 30% of GDP
  7. Macedonian Human Rights Movement Int.Suing the Governments of Macedonia and Greece for Changing Macedonia's Name
  8. Dialogue PlatformBeyond the Errors in the War on Terror: How to Fight Global Militarism - 22 February
  9. Swedish EnterprisesHarnessing Globalization- at What Cost? Keynote Speaker Commissioner Malmström
  10. European Friends of ArmeniaSave The Date 28/02: “Nagorno-Karabakh & the EU: 1988-2018”
  11. European Heart NetworkSmart CAP is Triple Win for Economy, Environment and Health
  12. European Free AlllianceEFA Joined the Protest in Aiacciu to Solicit a Dialogue After the Elections

Latest News

  1. EU asks charities to explain anti-abuse measures
  2. ECB, Budget, EU elections This WEEK
  3. EU states stay mute on implementation of mercury bill
  4. Baltic states demand bigger EU budget
  5. Germany raises concerns over Hungary's 'Stop Soros' bills
  6. EU ties Brexit transition talks to divorce agreement
  7. EU divided over Western Balkan enlargement
  8. Facebook and Twitter weak on protecting users, says EU

Stakeholders' Highlights

  1. EPSUDrinking Water Directive Step Forward but Human Right to Water Not Recognized
  2. European Gaming & Betting AssociationGambling Operators File Data Protection Complaint Against Payment Block in Norway
  3. European Jewish CongressEJC Expresses Deep Concern Over Proposed Holocaust Law in Poland
  4. CECEConstruction Industry Gets Together to Discuss the Digital Revolution @ the EU Industry Days
  5. Mission of China to the EUChina-EU Relations in the New Era
  6. European Free AlllianceEnd Discrimination of European Minorities - Sign the Minority Safepack Initiative
  7. Centre Maurits Coppieters“Diversity Shouldn’t Be Only a Slogan” Lorant Vincze (Fuen) Warns European Commission
  8. Dialogue PlatformWhat Can Christians Learn from a Global Islamic Movement?
  9. European Jewish CongressEJC President Warns Europe as Holocaust Memory Fades
  10. European Free AlllianceNo Justice From the Spanish Supreme Court Ruling
  11. Nordic Council of MinistersNordic Solutions for Sustainable Cities: New Grants Awarded for Branding Projects
  12. Mission of China to the EUTrade Between China, Belt and Road Countries up 15%

Stakeholders' Highlights

  1. Nordic Council of MinistersOresund Inspires Other EU Border Regions to Work Together to Generate Growth
  2. Mission of China to the EUTrade Between China, Belt and Road Countries up 15%
  3. AJC Transatlantic InstituteAJC Calls on EU to Sanction Iran’s Revolutionary Guards, Expel Ambassadors
  4. ILGA EuropeFreedom of Movement and Same-Sex Couples in Romania – Case Update!
  5. EU2017EEEstonia Completes First EU Presidency, Introduced New Topics to the Agenda
  6. Bio-Based IndustriesLeading the Transition Towards a Post-Petroleum Society
  7. ACCAWelcomes the Start of the New Bulgarian Presidency
  8. Mission of China to the EUPremier Li and President Tusk Stress Importance of Ties at ASEM Summit
  9. EU2017EEVAT on Electronic Commerce: New Rules Adopted
  10. European Jewish CongressChair of EU Parliament Working Group on Antisemitism Condemns Wave of Attacks
  11. Counter BalanceA New Study Challenges the Infrastructure Mega Corridors Agenda
  12. Dialogue PlatformThe Gülen Community: Who to Believe - Politicians or Actions?" by Thomas Michel