Friday

20th Oct 2017

Investigation

Les amis de Le Pen à la Trump Tower

  • Le FN "recherche du financement partout ... alors pourquoi pas aux États-Unis?", a déclaré Le Pen.

Le 12 janvier dernier, la cheffe de l'extrême-droite française Marine Le Pen était repérée par des photographes en train de boire un café dans la Trump Tower à New York.

A l’époque elle a laissé entendre qu'elle voulait rencontrer le président-élu américain Donald Trump, mais que cela n'avait pas pu se faire.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now for a 30 day free trial.

  1. €150 per year
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

Ce que peu de gens savent, c'est que la veille, un cocktail a été organisé dans ce même bâtiment dans le but de recueillir des fonds pour son parti, le Front National (FN).

La soirée a été organisée par un homme d'affaires italien, George "Guido" Lombardi, qui vit dans la Trump Tower, et entretient des liens étroits avec l'extrême droite européenne, en particulier avec la Ligue du Nord en Italie.

Lombardi assure également qu'il est ami avec Marine Le Pen depuis plus de 20 ans.

"Il y avait des gens [à la fête] qui ont d'elle une opinion favorable, des partisans, certains de mes amis, des entrepreneurs, au moins trois ambassadeurs à l'ONU, quelques consultants et conseillers politiques", a confié Lombardi à EUobserver lors d'une récente interview par téléphone.

Il refuse de livrer des noms, mais décrit les invités qui ont rencontré Le Pen comme étant "des hommes d'affaires américains, des représentants américains de Wall Street, des hommes d'affaires israéliens, quelques hommes d'affaires russes et asiatiques, ainsi que quelques Italiens et Français".

Cette réception, dont EUobserver a eu des détails en s'entretenant avec plusieurs participants, montre que Le Pen et son parti ont tenté d'obtenir un soutien du nouveau président américain et de ses partisans en vue de l'élection présidentielle française des 23 avril et 7 mai.

Une ambiance amicale

"Marine a depuis des années des amis à la Trump Tower", assure Rosine Ghawji, la présidente du comité Trump-France.

Elle raconte qu'une "bande" d'amis de Le Pen est venue à la fête. Certains d'entre eux vivent dans la Trump Tower elle-même et veulent que leur participation au cocktail "reste privée".

Il y avait "du bon chocolat" et une "atmosphère amicale", ajoute-t-elle. "L'islam a été un sujet important, en particulier le danger venant des Frères Musulmans".

Née aux États-Unis de parents venus d'Italie et de France, une ancienne membre du mouvement conservateur américain du Tea Party, Ghawji est une amie et une partisane de Donald Trump et de la famille Le Pen.

"Nous aimons la manière dont ils parlent de l'amour de leur pays", a-t-elle dit au sujet du FN.

Ghawji remarque qu'elle préférait Jean-Marie Le Pen, le fondateur de FN et père de Marine, mais qu'elle soutient tout de même sa fille, "comme elle est la seule candidate" du parti à la présidentielle.

Sur les photos publiées le 12 janvier, on y voit Le Pen prendre un café avec trois hommes dans un hall de la Trump Tower.

Le premier homme est Louis Aliot, son partenaire et eurodéputé FN. Le deuxième est Lombardi. Le troisième homme est Pierre Ceyrac, un ancien membre du FN et de l'Église de l'Unification, la secte Moon.

"Le Front national a des contacts très positifs depuis longtemps avec les États-Unis ", affirme Ceyrac, ajoutant qu'il a accompagné Jean-Marie Le Pen plusieurs fois aux États-Unis et également Marine Le Pen lors d'un précédent voyage en 2003.

"Elle a une vision tout à fait différente de celle de son père", assure Ceyrac, qui connaît la candidate à la présidence depuis plus de 30 ans. "Marine est très ouverte sur le monde, elle a une grande sensibilité humaniste".

"Elle n'est pas du tout antisémite, pas du tout raciste", assure-t-il, en ajoutant que "son père non plus, d’ailleurs".

Le cocktail du 11 janvier à la Trump Tower "était extrêmement sympathique", a-t-il déclaré à ce site.

"Les gens étaient très heureux de voir Marine", a-t-il affirmé. "Il y avait des Indiens, des gens d'Israël, des gens du Pakistan ... des Iraniens. Des gens assez fortunés... Un Chinois qui gère des fonds de pensions de plusieurs milliards de dollars et trouvait Marine extrêmement sympathique".

Ce voyage aux États-Unis en janvier a été l'un des nombreux voyages réalisés par Marine Le Pen ces derniers mois. Elle est allée au Liban en février, au Tchad en mars, et le 24 mars, elle a été reçue par le président russe Vladimir Poutine au Kremlin.

Pourquoi pas aux États-Unis?

Le FN est "à la recherche de financement partout ... alors, pourquoi pas aux États-Unis?", a déclaré Le Pen à Nova Burzoazie, un média tchèque qui se décrit comme un "réseau d’informations de droite-alternative".

Il reste un flou sur le résultat de son voyage aux États-Unis et les sommes qu'elle a pu y récolter.

Jean-Yves Camus, un spécialiste français de l'extrême droite a entendu parler de "pas mal de petites réunions, sans doute pour ramasser un peu d'argent".

"Il y a peut-être des gens qui donnent un peu d'argent à titre individuel," dit-il, tout en ajoutant qu'il n'est pas au courant de contributions importantes venant de citoyens américains.

Camus estime que l'influence des partisans de Trump dans (de) la présidentielle française est "nulle", car "les cercles pro-Trump sont extrêmement petits en France".

En novembre, Marion Maréchal-Le Pen, la nièce de Marine Le Pen et l’une des deux députés FN à l’Assemblée nationale, a exprimé publiquement son souhait de collaborer avec Steve Bannon, l'ancien patron du site d’informations américain Breitbart, aujourd’hui stratège en chef de Trump à la Maison-Blanche.

Mais aucune réunion n'a eu lieu jusqu'à maintenant, et la version française de Breitbart, annoncée après la victoire de Trump, n'a toujours pas été lancée.

‘Débarquement en Normandie'

Une semaine après le cocktail à la Trump Tower, le comité Trump-France a tenu un gala à l'Hôtel Intercontinental de Paris pour célébrer l’investiture du nouveau président.

Le principal invité, Jean-François Copé, ancien président du parti français de droite Les Républicains, n’est pas venu. En revanche, Bruno Gollnisch, un eurodéputé du FN, et Robert Ménard, le maire de Béziers, affilié au FN, y sont passés rapidement.

Ghawji assure qu'elle avait "personnellement" exhorté les deux hommes à ne pas venir. "C'était une fête organisée pour les membres officiels de l'Assemblée nationale, ainsi que pour les membres du comité franco-américain", explique-t-elle.

Elle se dit encore en colère que le parti de Le Pen n’ait pas respecté son souhait: "Vous ne vous invitez pas à une fête où vous n’avez pas été convié !".

Elle a toutefois déclaré qu'elle pense venir en France pour soutenir Le Pen pour l’élection. Lombardi prévoit lui aussi de traverser l'Atlantique.

"Ce gouvernement de Vichy à Paris a besoin d'un débarquement en Normandie, d’un Jour J", lance-t-il, en comparant l’État français d’aujourd’hui au régime de l’époque qui collabora avec l'Allemagne nazie.

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Interview

Khodorkovski: Poutine mise sur Le Pen

La Russie va tenter d'aider la candidate d'extrême droite à gagner l'élection présidentielle française de la même manière qu’elle a aidé Trump aux États-Unis, assure l'opposant au Kremlin.

Le Pen a cherché quelques millions russes de plus

Des révélations selon lesquelles la candidate d'extrême droite a tenté d'emprunter 3 millions d'euros supplémentaires à la Russie posent des questions sur l'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle française.

Le Pen wollte weitere Millionen aus Russland

Enthüllungen, die besagen, dass Marine Le Pen drei weitere Millionen von Russland leihen wollte, werfen Fragen hinsichtlich der Einmischung des Kremls in die französischen Wahlen auf.

French police raid Le Pen's party office

Officers raid the National Front headquarters near Paris over allegations that leader Marine Le Pen used fake EU parliament contracts to pay her personal staff.

Investigation

Le Pen-Poutine: des liens qui remontent à loin

La leader du Front National a rencontré le président russe trois fois, et non pas une comme elle l'affirme. Mais l'argent que son parti a obtenu, et sous quelles conditions, restent un mystère.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. EU leaders aim for December for defence cooperation
  2. Juncker says hands tied on Russia pipeline
  3. Czechs set to elect billionaire Andrej Babis
  4. Italian regions hold referendums on more autonomy
  5. EU leaders refuse to mediate Catalonia conflict
  6. Dutch PM: Brexit is 'still a bad idea'
  7. Commission to issue proposal on civil protection
  8. Tusk: 'No space' for EU intervention in Catalonia

Stakeholders' Highlights

  1. European Jewish CongressEJC Applauds the Bulgarian Government for Adopting the Working Definition of Antisemitism
  2. EU2017EENorth Korea Leaves Europe No Choice, Says Estonian Foreign Minister Sven Mikser
  3. Mission of China to the EUZhang Ming Appointed New Ambassador of the Mission of China to the EU
  4. International Partnership for Human RightsEU Should Seek Concrete Commitments From Azerbaijan at Human Rights Dialogue
  5. European Jewish CongressEJC Calls for New Austrian Government to Exclude Extremist Freedom Party
  6. CES - Silicones EuropeIn Healthcare, Silicones Are the Frontrunner. And That's a Good Thing!
  7. EU2017EEEuropean Space Week 2017 in Tallinn from November 3-9. Register Now!
  8. European Entrepreneurs CEA-PMEMobiliseSME Exchange Programme Open Doors for 400 Companies Across Europe
  9. CECEE-Privacy Regulation – Hands off M2M Communication!
  10. ILGA-EuropeHealth4LGBTI: Reducing Health Inequalities Experienced by LGBTI People
  11. EU2017EEEHealth: A Tool for More Equal Health
  12. Mission of China to the EUChina-EU Tourism a Key Driver for Job Creation and Enhanced Competitiveness

Stakeholders' Highlights

  1. CECENon-Harmonised Homologation of Mobile Machinery Costs € 90 Million per Year
  2. ILGA-EuropeMass Detention of Azeri LGBTI People - the LGBTI Community Urgently Needs Your Support
  3. European Free AllianceCatalans Have Won the Right to Have an Independent State
  4. ECR GroupBrexit: Delaying the Start of Negotiations Is Not a Solution
  5. EU2017EEPM Ratas in Poland: "We Enjoy the Fruits of European Cooperation Thanks to Solidarity"
  6. Mission of China to the EUChina and UK Discuss Deepening of Global Comprehensive Strategic Partnership
  7. European Healthy Lifestyle AllianceEHLA Joins Commissioners Navracsics, Andriukaitis and Hogan at EU Week of Sport
  8. Nordic Council of MinistersNordic Council Representative Office Opens in Brussels to Foster Better Cooperation
  9. UNICEFSocial Protection in the Contexts of Fragility & Forced Displacement
  10. Nordic Council of MinistersNordic Innovation House Opens in New York to Support Start-Ups
  11. ILGA EuropeInternational Attention Must Focus on LGBTI People in Azerbaijan After Police Raids
  12. European Jewish CongressStrong Results of Far Right AfD Party a Great Concern for Germans and European Jews