Friday

3rd Feb 2023

Nouvelles suspicions sur le groupe de Le Pen au Parlement européen

  • Un audit dévoile un trou d'un demi-million d'euros dans les documents comptables du groupe Europe des Nations et des Libertés dirigé par Marine Le Pen. (Photo: europarl.europa.eu)

Le groupe de Marine Le Pen au Parlement européen, Europe des Nations et des Libertés (ENF), a peut-être mal dépensé près d'un demi-million d'euros d'argent public.

Selon un audit réalisé par EY (anciennement Ernst & Young), daté du 19 mai 2017 et consulté par EUobserver, le groupe n'a pas respecté ses obligations budgétaires envers "10 prestataires de services pour une valeur totale de 492 506,88 euros". En outre, aucune explication n'a été trouvée pour d'autres dépense s'élevant à 53 876,31 euros.

Read and decide

Join EUobserver today

Become an expert on Europe

Get instant access to all articles — and 20 years of archives. 14-day free trial.

... or subscribe as a group

L'audit externe a été commandé à EY dans le cadre de la procédure standard pour contrôler l'argent européen utilisé par l'ENF, comme par d'autres groupes politiques.

Le groupe ENF a été formé en 2015 au Parlement européen et comprend des députés d'extrême droite et farouchement anti-européens, tels que le Front National de Le Pen, la Ligue du Nord italienne et le Parti de la Liberté autrichien.

L'UE finance les partis politiques paneuropéens depuis 2004 dans le but d'accroître l'intérêt pour les élections européennes. Les règles du Parlement européen interdisent cependant aux députés et à leurs groupes politiques de dépenser de l'argent pour des élections ou les référendums nationaux.

Le signalement de "cas de non-respect" de ces règles dans l'audit de EY, survient alors qu'une enquête est en cours sur des soupçons d'abus des fonds du Parlement européen par l'ancienne candidate à la présidence française. Elle aurait financé son parti en payant des assistants pour des tâches qui n'étaient pas liées à l'UE.

L'eurodéputé Vert belge Bart Staes, qui siège à la commission du contrôle budgétaire du parlement, estime que les chiffres avancés par EY sont inquiétants. "Si c'est avéré, c'est un problème majeur", dit-il à Euobserver, ajoutant que le secrétaire général du Parlement européen, Klaus Welle, pourrait exiger le remboursement de l'argent.

Le trésorier de l'ENF, Gerolf Annemans, nie toute infraction et précise que le groupe approuve pleinement le rapport d'EY. "Il n'y a pas de question de fraude ou de triche tel que c’est expressément mentionné dans ce rapport", assure-t-il dans un communiqué.

Grandes dépenses en personnel et publicité

L'audit de 13 pages a été publié après qu'EY a reçu de nouvelles informations, en mai, détaillant le financement du groupe au cours de l'année 2016.

L'écart d'un demi-million d'euros divulgué par les auditeurs contrevient aux règles du Parlement européen dans le cadre de la ligne budgétaire dite "400", qui traite de la répartition de l'argent et de son utilisation par les groupes politiques.

Comment ou où l'argent a été dépensé reste incertain, mais les chiffres fournis dans l’audit montrent une augmentation massive des dépenses par rapport à la période de déclaration précédente – en personnel, en publicité et en "activités politiques et d'information des délégations nationales".

Toutefois, puisque que le groupe ENF a été créé à la mi-2015, il n'a pas reçu de budget complet pour cette année. Il a perçu dans un premier temps une subvention de 1,5 million d'euros en 2015, 3,2 millions d'euros l'année suivante.

L'audit d’EY survient à un moment délicat pour Le Pen.

Une enquête sur le Front national l'a accusée d’escroquer le Parlement Européen de près de 5 millions d'euros pour financer du personnel pour travailler au sein du parti en France entre 2012 et jusqu'à l'élection présidentielle de mai 2017.

Une annexe dans le rapport, par exemple, note que les députés européens ont dépensé plus de la moitié du budget total du groupe qui leur était fourni par le Parlement européen pour 2016.

Près d'un quart de cette somme est partie dans l’achat "d’affiches, de dépliants et de brochures", suivi par de plus grandes dépenses dans des publicités en ligne et dans du personnel.

Selon un autre audit, révélé par le Guardian en novembre dernier, un montant similaire de près de 500 000 euros a également été improprement dépensé par l'Alliance pour la démocratie directe en Europe, un groupe politique mené par les députés du Ukip, le parti anti-européen de Nigel Farage.

Nicholas Aiossa, du bureau bruxellois de l'ONG Transparency International, insiste sur la nécessité de clarifier la manière dont tous les députés et les groupes politiques utilisent l'argent public.

"Ces révélations mêlent un groupe politique dont les membres sont déjà impliqués dans une enquête sur l'utilisation abusive des fonds européens par des députés et des assistants du Front national", note Aiossa.

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Investigation

Le Pen-Poutine: des liens qui remontent à loin

La leader du Front National a rencontré le président russe trois fois, et non pas une comme elle l'affirme. Mais l'argent que son parti a obtenu, et sous quelles conditions, restent un mystère.

Investigation

Le Pens Freunde aus dem Trump Tower

Frankreichs rechtsaussen Parteichefin, Marine Le Pen, traf sich im Januar mit reichen Persönlichkeiten auf einer Cocktailparty, die im Hochhaus des neuen US-Präsidenten stattfand. Die Veranstaltung wirft Licht auf die langjährigen Verbindungen des Front National innerhalb der USA.

Le Pen a cherché quelques millions russes de plus

Des révélations selon lesquelles la candidate d'extrême droite a tenté d'emprunter 3 millions d'euros supplémentaires à la Russie posent des questions sur l'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle française.

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

Latest News

  1. MEPs launch anonymous drop-box for shady lobbying secrets
  2. Hawkish ECB rate-rise 'puts energy transition at risk'
  3. MEPs push for greater powers for workers' councils
  4. How Pavel won big as new Czech president — and why it matters
  5. French official to take on Islamophobia in EU
  6. EU green industry plan could spark 'dangerous subsidy race'
  7. Wolves should be defended, EU ministers urge
  8. EU Commission wants drones for Bulgaria on Turkey border

Stakeholders' Highlights

  1. Party of the European LeftJOB ALERT - Seeking a Communications Manager (FT) for our Brussels office!
  2. European Parliamentary Forum for Sexual & Reproductive Rights (EPF)Launch of the EPF Contraception Policy Atlas Europe 2023. 8th February. Register now.
  3. Europan Patent OfficeHydrogen patents for a clean energy future: A global trend analysis of innovation along hydrogen value chains
  4. Forum EuropeConnecting the World from the Skies calls for global cooperation in NTN rollout
  5. EFBWWCouncil issues disappointing position ignoring the threats posed by asbestos
  6. Nordic Council of MinistersLarge Nordic youth delegation at COP15 biodiversity summit in Montreal

Stakeholders' Highlights

  1. Nordic Council of MinistersCOP27: Food systems transformation for climate action
  2. Nordic Council of MinistersThe Nordic Region and the African Union urge the COP27 to talk about gender equality
  3. Friedrich Naumann Foundation European DialogueGender x Geopolitics: Shaping an Inclusive Foreign Security Policy for Europe
  4. Obama FoundationThe Obama Foundation Opens Applications for its Leaders Program in Europe
  5. EFBWW – EFBH – FETBBA lot more needs to be done to better protect construction workers from asbestos
  6. European Committee of the RegionsRe-Watch EURegions Week 2022

Join EUobserver

Support quality EU news

Join us