Friday

19th Jul 2019

Berlin met le Kremlin en garde contre tout piratage électoral

  • "nous n'intervenons jamais dans la politique d'autres pays", a assuré Vladimir Poutine lors d'une rencontre avec Angela Merkel. (Photo: kremlin.ru)

Le chef du renseignement intérieur allemand a averti "le Kremlin" de ne pas prendre la "décision politique" d’intervenir dans les élections allemandes en utilisant des informations piratées.

L'avertissement a été lancé après qu'il a été prouvé que le GRU, le service du renseignement militaire russe, qui relève directement du président Vladimir Poutine, a volé des données au parlement allemand en 2015.

Read and decide

Join EUobserver today

Support quality EU news

Get instant access to all articles — and 18 year's of archives. 30 days free trial.

... or join as a group

  • Les chefs du renseignement et de la police allemands Massen (g), Muench (c) et Kahl (d) à Potsdam jeudi. (Photo: hpi.de)

Le GRU a également tenté de subtiliser des informations au principaux partis politiques allemands, la CDU et le SPD, à l'approche des élections qui auront lieu en septembre.

"Nous reconnaissons cette situation comme étant une campagne dirigée par la Russie. Notre homologue essaie de générer des informations qui peuvent être utilisées pour de la désinformation ou pour influencer des opérations", a déclaré Hans-Georg Massen, le directeur du BfV, le service de renseignement intérieur allemand.

"S'ils passent à l’acte ou pas, cela relève d’une décision politique ... qui je suppose sera prise au Kremlin".

Lors d'une conférence à Potsdam, près de Berlin, organisée par l'Institut Hasso Plattner, une université des technologies de l'information, Massen a déclaré que le piratage de 2015 avait réussi à dérober "de grandes quantités de données" sur des députés allemands.

Il a également affirmé que l'opération de "cyber-espionnage" de plus en plus agressive de la part de la Russie a mené à "de nombreuses autres attaques ... contre des partis, des bureaux de députés, des fondations politiques".

"Nous prévoyons d'autres attaques encore, et nous surveillons les menaces très attentivement et de très près", a déclaré Massen.

Il a ajouté que les autorités allemandes savaient quels serveurs les groupes de pirates liés au GRU, tels que APT10, APT28 et APT29, avaient utilisé en 2015 et qu'elles étaient désormais à la recherche de moyens de contre-attaquer.

"Il est nécessaire que nous soyons en mesure de détruire ces serveurs si les fournisseurs d'accès et les propriétaires des serveurs ne sont pas en mesure de faire en sorte qu'ils ne soient pas utilisés pour des attaques", a-t-il expliqué.

Le chef du renseignement a également accusé la Russie de mener une campagne de désinformation ouverte visant les électeurs allemands.

Il a cité des reportages erronés diffusés par des médias publics russes, l'an dernier, selon lesquels des migrants arabes auraient violé une fille russe en Allemagne, ainsi que des "fausses informations mal conçues" selon lesquelles le père du candidat du SPD à la chancellerie, Martin Schulz, aurait été un gardien de camp de concentration nazi.

Massen a déclaré que cette année, la Russie a envoyé à des fonctionnaires lituaniens des emails affirmant faussement qu'un soldat allemand d'un bataillon de l'OTAN aurait violé une fille lituanienne.

Des menaces grandissantes

Lors de la même conférence à Potsdam, le chef du renseignement extérieur allemand, Bruno Kahl, a estimé que "des ressources étatiques étaient nécessaires" pour conduire les types d'attaques subies par l'Allemagne.

Il a déclaré que la Chine et l'Iran ainsi que la Russie se trouvaient derrière la "forte augmentation" des récentes opérations de "cyber-sabotage" à travers le monde.

Holger Münch, le chef de la BKA, la police fédérale allemande, a quant à lui noté que des groupes criminels faisaient également partie du problème.

Il a déclaré que l'Allemagne avait enregistré 82 000 cas de cybercriminalité l'an dernier, pour un coût de plus de 22 milliards d'euros.

"Vous pouvez acheter des failles de sécurité, acquérir des données volées [en ligne]. Des botnets peuvent être loués pour mener des cyberattaques encore plus importantes," a-t-il expliqué. "Certaines offres sont très peu coûteuses. La conséquence est que de nombreux domaines criminels conventionnels apparaissent maintenant sur la toile".

Un ‘’botnet’’ est un logiciel malveillant qui vous permet de détourner l'ordinateur d'une autre personne pour l'utiliser dans une cyber-attaque.

Les médias d'Etat russes et le GRU ont également attaqué le candidat pro-européen, Emmanuel Macron, à l'approche du second tour de l'élection présidentielle du 7 mai.

Malgré tous les efforts menés par la Russie, les sondeurs prévoient une victoire de Macron face à la candidate anti-européenne et pro-russe Marine Le Pen, avec 20 points d'écart ou plus.

En Allemagne, la CDU et le SPD, les partis chrétien-démocrate et social-démocrate, devancent encore plus fortement les partis pro-russes, l'AfD et Die Linke, qui sont sous la la barre des 10% dans les sondages.

Le trolling russe

Le Kremlin a nié tout piratage. Poutine a même assuré à la chancelière allemande Angela Merkel, qu'il a rencontrée mardi en Russie : "nous n'intervenons jamais dans la politique d'autres pays".

Vladimir Chizhov, l'ambassadeur russe auprès de l'UE, a également déclaré mercredi à la presse à Bruxelles que "la Russie ne se mêle pas des élections".

Il s'est également moqué des "médias européens" en les remerciant d'avoir été "assez prudents en n’affirmant pas que le résultat du référendum [sur le Brexit] l'an dernier au Royaume-Uni était dû à des hackers russes".

L'ambassade de Russie à Londres a également ‘’trollé’’ l'UE, jeudi, après que le gouvernement britannique a accusé la Commission européenne de vouloir interférer dans les élections anticipées du mois de juin.

"Remercions le Seigneur, cette fois-ci ce n'est pas la Russie", s'est amusée l'ambassade sur Twitter.

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

Stakeholders' Highlights

  1. UNESDAUNESDA reduces added sugars 11.9% between 2015-2017
  2. International Partnership for Human RightsEU-Uzbekistan Human Rights Dialogue: EU to raise key fundamental rights issues
  3. Nordic Council of MinistersNo evidence that social media are harmful to young people
  4. Nordic Council of MinistersCanada to host the joint Nordic cultural initiative 2021
  5. Vote for the EU Sutainable Energy AwardsCast your vote for your favourite EUSEW Award finalist. You choose the winner of 2019 Citizen’s Award.
  6. Nordic Council of MinistersEducation gets refugees into work
  7. Counter BalanceSign the petition to help reform the EU’s Bank
  8. UNICEFChild rights organisations encourage candidates for EU elections to become Child Rights Champions
  9. UNESDAUNESDA Outlines 2019-2024 Aspirations: Sustainability, Responsibility, Competitiveness
  10. Counter BalanceRecord citizens’ input to EU bank’s consultation calls on EIB to abandon fossil fuels
  11. International Partnership for Human RightsAnnual EU-Turkmenistan Human Rights Dialogue takes place in Ashgabat
  12. Nordic Council of MinistersNew campaign: spot, capture and share Traces of North

Latest News

  1. Timmermans: von der Leyen will be tough on rule of law
  2. Timmermans trolls 'idiot' Brexit negotiators
  3. Rudderless Europe: Will real Germany please stand up?
  4. PiS & Fidesz claim credit for von der Leyen victory
  5. Von der Leyen faces gender battle for commission posts
  6. EU proposes yearly rule of law 'reports'
  7. Poland 'optimistic' despite new EU law checks
  8. What did we learn from the von der Leyen vote?

Stakeholders' Highlights

  1. Nordic Council of MinistersLeading Nordic candidates go head-to-head in EU election debate
  2. Nordic Council of MinistersNew Secretary General: Nordic co-operation must benefit everybody
  3. Platform for Peace and JusticeMEP Kati Piri: “Our red line on Turkey has been crossed”
  4. UNICEF2018 deadliest year yet for children in Syria as war enters 9th year
  5. Nordic Council of MinistersNordic commitment to driving global gender equality
  6. International Partnership for Human RightsMeet your defender: Rasul Jafarov leading human rights defender from Azerbaijan
  7. UNICEFUNICEF Hosts MEPs in Jordan Ahead of Brussels Conference on the Future of Syria
  8. Nordic Council of MinistersNordic talks on parental leave at the UN
  9. International Partnership for Human RightsTrial of Chechen prisoner of conscience and human rights activist Oyub Titiev continues.
  10. Nordic Council of MinistersNordic food policy inspires India to be a sustainable superpower
  11. Nordic Council of MinistersMilestone for Nordic-Baltic e-ID
  12. Counter BalanceEU bank urged to free itself from fossil fuels and take climate leadership

Stakeholders' Highlights

  1. Intercultural Dialogue PlatformRoundtable: Muslim Heresy and the Politics of Human Rights, Dr. Matthew J. Nelson
  2. Platform for Peace and JusticeTurkey suffering from the lack of the rule of law
  3. UNESDASoft Drinks Europe welcomes Tim Brett as its new president
  4. Nordic Council of MinistersNordic ministers take the lead in combatting climate change
  5. Counter BalanceEuropean Parliament takes incoherent steps on climate in future EU investments
  6. International Partnership For Human RightsKyrgyz authorities have to immediately release human rights defender Azimjon Askarov
  7. Nordic Council of MinistersSeminar on disability and user involvement
  8. Nordic Council of MinistersInternational appetite for Nordic food policies
  9. Nordic Council of MinistersNew Nordic Innovation House in Hong Kong
  10. Nordic Council of MinistersNordic Region has chance to become world leader when it comes to start-ups
  11. Nordic Council of MinistersTheresa May: “We will not be turning our backs on the Nordic region”
  12. International Partnership for Human RightsOpen letter to Emmanuel Macron ahead of Uzbek president's visit

Join EUobserver

Support quality EU news

Join us