Sunday

20th Aug 2017

Berlin met le Kremlin en garde contre tout piratage électoral

  • "nous n'intervenons jamais dans la politique d'autres pays", a assuré Vladimir Poutine lors d'une rencontre avec Angela Merkel. (Photo: kremlin.ru)

Le chef du renseignement intérieur allemand a averti "le Kremlin" de ne pas prendre la "décision politique" d’intervenir dans les élections allemandes en utilisant des informations piratées.

L'avertissement a été lancé après qu'il a été prouvé que le GRU, le service du renseignement militaire russe, qui relève directement du président Vladimir Poutine, a volé des données au parlement allemand en 2015.

Thank you for reading EUobserver!

Subscribe now and get 40% off for an annual subscription. Sale ends soon.

  1. €90 per year. Use discount code EUOBS40%
  2. or €15 per month
  3. Cancel anytime

EUobserver is an independent, not-for-profit news organization that publishes daily news reports, analysis, and investigations from Brussels and the EU member states. We are an indispensable news source for anyone who wants to know what is going on in the EU.

We are mainly funded by advertising and subscription revenues. As advertising revenues are falling fast, we depend on subscription revenues to support our journalism.

For group, corporate or student subscriptions, please contact us. See also our full Terms of Use.

If you already have an account click here to login.

  • Les chefs du renseignement et de la police allemands Massen (g), Muench (c) et Kahl (d) à Potsdam jeudi. (Photo: hpi.de)

Le GRU a également tenté de subtiliser des informations au principaux partis politiques allemands, la CDU et le SPD, à l'approche des élections qui auront lieu en septembre.

"Nous reconnaissons cette situation comme étant une campagne dirigée par la Russie. Notre homologue essaie de générer des informations qui peuvent être utilisées pour de la désinformation ou pour influencer des opérations", a déclaré Hans-Georg Massen, le directeur du BfV, le service de renseignement intérieur allemand.

"S'ils passent à l’acte ou pas, cela relève d’une décision politique ... qui je suppose sera prise au Kremlin".

Lors d'une conférence à Potsdam, près de Berlin, organisée par l'Institut Hasso Plattner, une université des technologies de l'information, Massen a déclaré que le piratage de 2015 avait réussi à dérober "de grandes quantités de données" sur des députés allemands.

Il a également affirmé que l'opération de "cyber-espionnage" de plus en plus agressive de la part de la Russie a mené à "de nombreuses autres attaques ... contre des partis, des bureaux de députés, des fondations politiques".

"Nous prévoyons d'autres attaques encore, et nous surveillons les menaces très attentivement et de très près", a déclaré Massen.

Il a ajouté que les autorités allemandes savaient quels serveurs les groupes de pirates liés au GRU, tels que APT10, APT28 et APT29, avaient utilisé en 2015 et qu'elles étaient désormais à la recherche de moyens de contre-attaquer.

"Il est nécessaire que nous soyons en mesure de détruire ces serveurs si les fournisseurs d'accès et les propriétaires des serveurs ne sont pas en mesure de faire en sorte qu'ils ne soient pas utilisés pour des attaques", a-t-il expliqué.

Le chef du renseignement a également accusé la Russie de mener une campagne de désinformation ouverte visant les électeurs allemands.

Il a cité des reportages erronés diffusés par des médias publics russes, l'an dernier, selon lesquels des migrants arabes auraient violé une fille russe en Allemagne, ainsi que des "fausses informations mal conçues" selon lesquelles le père du candidat du SPD à la chancellerie, Martin Schulz, aurait été un gardien de camp de concentration nazi.

Massen a déclaré que cette année, la Russie a envoyé à des fonctionnaires lituaniens des emails affirmant faussement qu'un soldat allemand d'un bataillon de l'OTAN aurait violé une fille lituanienne.

Des menaces grandissantes

Lors de la même conférence à Potsdam, le chef du renseignement extérieur allemand, Bruno Kahl, a estimé que "des ressources étatiques étaient nécessaires" pour conduire les types d'attaques subies par l'Allemagne.

Il a déclaré que la Chine et l'Iran ainsi que la Russie se trouvaient derrière la "forte augmentation" des récentes opérations de "cyber-sabotage" à travers le monde.

Holger Münch, le chef de la BKA, la police fédérale allemande, a quant à lui noté que des groupes criminels faisaient également partie du problème.

Il a déclaré que l'Allemagne avait enregistré 82 000 cas de cybercriminalité l'an dernier, pour un coût de plus de 22 milliards d'euros.

"Vous pouvez acheter des failles de sécurité, acquérir des données volées [en ligne]. Des botnets peuvent être loués pour mener des cyberattaques encore plus importantes," a-t-il expliqué. "Certaines offres sont très peu coûteuses. La conséquence est que de nombreux domaines criminels conventionnels apparaissent maintenant sur la toile".

Un ‘’botnet’’ est un logiciel malveillant qui vous permet de détourner l'ordinateur d'une autre personne pour l'utiliser dans une cyber-attaque.

Les médias d'Etat russes et le GRU ont également attaqué le candidat pro-européen, Emmanuel Macron, à l'approche du second tour de l'élection présidentielle du 7 mai.

Malgré tous les efforts menés par la Russie, les sondeurs prévoient une victoire de Macron face à la candidate anti-européenne et pro-russe Marine Le Pen, avec 20 points d'écart ou plus.

En Allemagne, la CDU et le SPD, les partis chrétien-démocrate et social-démocrate, devancent encore plus fortement les partis pro-russes, l'AfD et Die Linke, qui sont sous la la barre des 10% dans les sondages.

Le trolling russe

Le Kremlin a nié tout piratage. Poutine a même assuré à la chancelière allemande Angela Merkel, qu'il a rencontrée mardi en Russie : "nous n'intervenons jamais dans la politique d'autres pays".

Vladimir Chizhov, l'ambassadeur russe auprès de l'UE, a également déclaré mercredi à la presse à Bruxelles que "la Russie ne se mêle pas des élections".

Il s'est également moqué des "médias européens" en les remerciant d'avoir été "assez prudents en n’affirmant pas que le résultat du référendum [sur le Brexit] l'an dernier au Royaume-Uni était dû à des hackers russes".

L'ambassade de Russie à Londres a également ‘’trollé’’ l'UE, jeudi, après que le gouvernement britannique a accusé la Commission européenne de vouloir interférer dans les élections anticipées du mois de juin.

"Remercions le Seigneur, cette fois-ci ce n'est pas la Russie", s'est amusée l'ambassade sur Twitter.

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. Macedonia sacks top prosecutor over wiretap scandal
  2. ECB concerned stronger euro could derail economic recovery
  3. Mixed Irish reactions to post-Brexit border proposal
  4. European Union returns to 2 percent growth
  5. Russian power most feared in Europe
  6. Ireland continues to refuse €13 billion in back taxes from Apple
  7. UK unemployment lowest since 1975
  8. Europe facing 'explosive cocktail' in its backyard, report warns

Stakeholders' Highlights

  1. European Healthy Lifestyle AllianceDoes Genetics Explain Why So Few of Us Have an Ideal Cardiovascular Health?
  2. EU2017EEFuture-Themed Digital Painting Competition Welcomes Artists - Deadline 31 Aug
  3. ACCABusinesses Must Grip Ethics and Trust in the Digital Age
  4. European Jewish CongressEJC Welcomes European Court of Justice's Decision to Keep Hamas on Terror List
  5. UNICEFReport: Children on the Move From Africa Do Not First Aim to Go to Europe
  6. Centre Maurits CoppietersWe Need Democratic and Transparent Free Trade Agreements Says MEP Jordi Solé
  7. Counter BalanceOut for Summer, Ep. 2: EIB Promoting Development in Egypt - At What Cost?
  8. EU2017EELocal Leaders Push for Local and Regional Targets to Address Climate Change
  9. European Healthy Lifestyle AllianceMore Women Than Men Have Died From Heart Disease in Past 30 Years
  10. European Jewish CongressJean-Marie Le Pen Faces Trial for Oven Comments About Jewish Singer
  11. ACCAAnnounces Belt & Road Research at Shanghai Conference
  12. ECPAFood Waste in the Field Can Double Without Crop Protection. #WithOrWithout #Pesticides

Stakeholders' Highlights

  1. EU2017EEEstonia Allocates €1 Million to Alleviate Migratory Pressure From Libya in Italy
  2. Dialogue PlatformFethullah Gulen's Message on the Anniversary of the Coup Attempt in Turkey
  3. Martens CentreWeeding Out Fake News: An Approach to Social Media Regulation
  4. European Jewish CongressEJC Concerned by Normalisation of Antisemitic Tropes in Hungary
  5. Counter BalanceOut for Summer Ep. 1: How the EIB Sweeps a Development Fiasco Under the Rug
  6. CESICESI to Participate in Sectoral Social Dialogue Committee on Postal Services
  7. ILGA-EuropeMalta Keeps on Rocking: Marriage Equality on Its Way
  8. European Friends of ArmeniaEuFoA Director and MEPs Comment on the Recent Conflict Escalation in Nagorno-Karabakh
  9. EU2017EEEstonian Presidency Kicks off Youth Programme With Coding Summer School
  10. EPSUEP Support for Corporate Tax Transparency Principle Unlikely to Pass Reality Check
  11. Counter BalanceEuropean Parliament Improves the External Investment Plan but Significant Challenges Ahead
  12. Nordic Council of MinistersCloser Energy Co-Operation Keeps Nordic Region on Top in Green Energy