Monday

26th Jun 2017

Berlin met le Kremlin en garde contre tout piratage électoral

  • "nous n'intervenons jamais dans la politique d'autres pays", a assuré Vladimir Poutine lors d'une rencontre avec Angela Merkel. (Photo: kremlin.ru)

Le chef du renseignement intérieur allemand a averti "le Kremlin" de ne pas prendre la "décision politique" d’intervenir dans les élections allemandes en utilisant des informations piratées.

L'avertissement a été lancé après qu'il a été prouvé que le GRU, le service du renseignement militaire russe, qui relève directement du président Vladimir Poutine, a volé des données au parlement allemand en 2015.

Dear EUobserver reader

Subscribe now for unrestricted access to EUobserver.

Sign up for 30 days' free trial, no obligation. Full subscription only 15 € / month or 150 € / year.

  1. Unlimited access on desktop and mobile
  2. All premium articles, analysis, commentary and investigations
  3. EUobserver archives

EUobserver is the only independent news media covering EU affairs in Brussels and all 28 member states.

♡ We value your support.

If you already have an account click here to login.

  • Les chefs du renseignement et de la police allemands Massen (g), Muench (c) et Kahl (d) à Potsdam jeudi. (Photo: hpi.de)

Le GRU a également tenté de subtiliser des informations au principaux partis politiques allemands, la CDU et le SPD, à l'approche des élections qui auront lieu en septembre.

"Nous reconnaissons cette situation comme étant une campagne dirigée par la Russie. Notre homologue essaie de générer des informations qui peuvent être utilisées pour de la désinformation ou pour influencer des opérations", a déclaré Hans-Georg Massen, le directeur du BfV, le service de renseignement intérieur allemand.

"S'ils passent à l’acte ou pas, cela relève d’une décision politique ... qui je suppose sera prise au Kremlin".

Lors d'une conférence à Potsdam, près de Berlin, organisée par l'Institut Hasso Plattner, une université des technologies de l'information, Massen a déclaré que le piratage de 2015 avait réussi à dérober "de grandes quantités de données" sur des députés allemands.

Il a également affirmé que l'opération de "cyber-espionnage" de plus en plus agressive de la part de la Russie a mené à "de nombreuses autres attaques ... contre des partis, des bureaux de députés, des fondations politiques".

"Nous prévoyons d'autres attaques encore, et nous surveillons les menaces très attentivement et de très près", a déclaré Massen.

Il a ajouté que les autorités allemandes savaient quels serveurs les groupes de pirates liés au GRU, tels que APT10, APT28 et APT29, avaient utilisé en 2015 et qu'elles étaient désormais à la recherche de moyens de contre-attaquer.

"Il est nécessaire que nous soyons en mesure de détruire ces serveurs si les fournisseurs d'accès et les propriétaires des serveurs ne sont pas en mesure de faire en sorte qu'ils ne soient pas utilisés pour des attaques", a-t-il expliqué.

Le chef du renseignement a également accusé la Russie de mener une campagne de désinformation ouverte visant les électeurs allemands.

Il a cité des reportages erronés diffusés par des médias publics russes, l'an dernier, selon lesquels des migrants arabes auraient violé une fille russe en Allemagne, ainsi que des "fausses informations mal conçues" selon lesquelles le père du candidat du SPD à la chancellerie, Martin Schulz, aurait été un gardien de camp de concentration nazi.

Massen a déclaré que cette année, la Russie a envoyé à des fonctionnaires lituaniens des emails affirmant faussement qu'un soldat allemand d'un bataillon de l'OTAN aurait violé une fille lituanienne.

Des menaces grandissantes

Lors de la même conférence à Potsdam, le chef du renseignement extérieur allemand, Bruno Kahl, a estimé que "des ressources étatiques étaient nécessaires" pour conduire les types d'attaques subies par l'Allemagne.

Il a déclaré que la Chine et l'Iran ainsi que la Russie se trouvaient derrière la "forte augmentation" des récentes opérations de "cyber-sabotage" à travers le monde.

Holger Münch, le chef de la BKA, la police fédérale allemande, a quant à lui noté que des groupes criminels faisaient également partie du problème.

Il a déclaré que l'Allemagne avait enregistré 82 000 cas de cybercriminalité l'an dernier, pour un coût de plus de 22 milliards d'euros.

"Vous pouvez acheter des failles de sécurité, acquérir des données volées [en ligne]. Des botnets peuvent être loués pour mener des cyberattaques encore plus importantes," a-t-il expliqué. "Certaines offres sont très peu coûteuses. La conséquence est que de nombreux domaines criminels conventionnels apparaissent maintenant sur la toile".

Un ‘’botnet’’ est un logiciel malveillant qui vous permet de détourner l'ordinateur d'une autre personne pour l'utiliser dans une cyber-attaque.

Les médias d'Etat russes et le GRU ont également attaqué le candidat pro-européen, Emmanuel Macron, à l'approche du second tour de l'élection présidentielle du 7 mai.

Malgré tous les efforts menés par la Russie, les sondeurs prévoient une victoire de Macron face à la candidate anti-européenne et pro-russe Marine Le Pen, avec 20 points d'écart ou plus.

En Allemagne, la CDU et le SPD, les partis chrétien-démocrate et social-démocrate, devancent encore plus fortement les partis pro-russes, l'AfD et Die Linke, qui sont sous la la barre des 10% dans les sondages.

Le trolling russe

Le Kremlin a nié tout piratage. Poutine a même assuré à la chancelière allemande Angela Merkel, qu'il a rencontrée mardi en Russie : "nous n'intervenons jamais dans la politique d'autres pays".

Vladimir Chizhov, l'ambassadeur russe auprès de l'UE, a également déclaré mercredi à la presse à Bruxelles que "la Russie ne se mêle pas des élections".

Il s'est également moqué des "médias européens" en les remerciant d'avoir été "assez prudents en n’affirmant pas que le résultat du référendum [sur le Brexit] l'an dernier au Royaume-Uni était dû à des hackers russes".

L'ambassade de Russie à Londres a également ‘’trollé’’ l'UE, jeudi, après que le gouvernement britannique a accusé la Commission européenne de vouloir interférer dans les élections anticipées du mois de juin.

"Remercions le Seigneur, cette fois-ci ce n'est pas la Russie", s'est amusée l'ambassade sur Twitter.

Cet article a été originellement publié en anglais

This article was originally published in English

Analysis

Macron, nouveau monarque franco-européen

Le nouveau président français a célébré sa victoire en mêlant la pompe républicaine et la foi européenne. Mais pour réussir, il devra aussi faire la révolution.

News in Brief

  1. Merkel on collision course with US at G20 summit
  2. Schulz outlines German election strategy, hits out at Merkel
  3. Berlusconi's party sees comeback in Italian local votes
  4. Low turnout in Albanian election set to mandate EU future
  5. Merkel and Macron hold symbolic joint press conference
  6. Juncker has 'no' clear idea of kind of Brexit UK wants
  7. Belgian PM calls May's proposal on EU citizens 'vague'
  8. UK lacks support of EU countries in UN vote

Stakeholders' Highlights

  1. Malta EU 2017Conservation of Atlantic Tunas: International Measures Become EU Law
  2. European Healthy Lifestyle AllianceCan Statin Therapy Interfere With a Physically Active Lifestyle?
  3. EPSUOn Public Services Day, Stop Austerity! Workers Need a Pay Rise!
  4. EGBAOnline Gambling: The EU Court Rejects Closed Licensing Regimes In Member States
  5. World VisionFaces of Today, Leaders of Tomorrow: Join the Debate on Violence Against Girls - 29 June
  6. ECR GroupThe EU Must Better Protect Industry from Unfair Competition
  7. Malta EU 2017Better Protection for Workers From Cancer-Causing Substances
  8. EPSUAfter 9 Years of Austerity Europe's Public Sector Workers Deserve a Pay Rise!
  9. Dialogue PlatformGlobalised Religions and the Dialogue Imperative. Join the Debate!
  10. UNICEFEU Trust Fund Contribution to UNICEF's Syria Crisis Response Reaches Nearly €200 Million
  11. EUSEW17Bringing Buildings Into the Circular Economy. Discuss at EU Sustainable Energy Week
  12. European Healthy Lifestyle AllianceCan an Ideal Body Weight Lead to Premature Death?

Latest News

  1. UK previews offer on EU nationals' rights
  2. EU approves rescue of Italian banks
  3. Cohesion policy for a stronger Europe
  4. Cheap meat is a bigger problem for climate and health
  5. Ministers to reject minimum parking spaces for electric cars
  6. Macron’s investment screening idea watered down by leaders
  7. Leaders unimpressed by May’s offer to EU citizens
  8. New Irish PM praises unscripted nature of EU summits

Stakeholders' Highlights

  1. Malta EU 2017End of Roaming Charges: What Does It Entail?
  2. World VisionWorld Refugee Day, a Dark Reminder of the Reality of Children on the Move
  3. Dialogue PlatformMuslims Have Unique Responsibility to Fight Terror: Opinon From Fethullah Gülen
  4. EUSEW17Check out This Useful Infographic on How to Stay Sustainable and Energy Efficient.
  5. Counter BalanceEuropean Parliament Criticises the Juncker Plan's Implementation
  6. UNICEF1 in 5 Children in Rich Countries Lives in Relative Income Poverty, 1 in 8 Faces Food Insecurity
  7. International Partnership for Human Rights26 NGOs Call on Interpol Not to Intervene Versus Azerbaijani Human Rights Defenders
  8. Malta EU 2017Significant Boost in Financing for SMEs and Entrepreneurs Under New Agreement
  9. World VisionYoung People Rise up as EU Signs Consensus for Development at EU Development Days
  10. ILGA-EuropeLGBTI Activists and Businesses Fighting Inequality Together
  11. Nordic Council of MinistersNordic Prime Ministers Respond to Trump on Paris Agreement